Obama et Kerry rendent un vibrant hommage à Saoud al-Fayçal
Rechercher

Obama et Kerry rendent un vibrant hommage à Saoud al-Fayçal

Le prince saoudien né en 1940 avait conduit pendant 40 ans la diplomatie du géant pétrolier saoudien

Une image d'archive prise au Koweït le 26 mars 2014 du ministre saoudien des Affaires étrangères Saoud al-Faisal bin Abdulaziz assistant à une séance de clôture du 25e sommet de la Ligue arabe. Le Prince Saud al-Faisal d'Arabie saoudite, qui était le plus ancien ministre des Affaires étrangères du monde, est mort le 9 juillet 2015 (Crédit : AFP PHOTO / YASSER AL-ZAYYAT)
Une image d'archive prise au Koweït le 26 mars 2014 du ministre saoudien des Affaires étrangères Saoud al-Faisal bin Abdulaziz assistant à une séance de clôture du 25e sommet de la Ligue arabe. Le Prince Saud al-Faisal d'Arabie saoudite, qui était le plus ancien ministre des Affaires étrangères du monde, est mort le 9 juillet 2015 (Crédit : AFP PHOTO / YASSER AL-ZAYYAT)

Le président américain Barack Obama et son secrétaire d’Etat John Kerry ont rendu un vibrant hommage à l’ancien chef de la diplomatie saoudienne, le prince Saoud al-Fayçal, décédé jeudi, saluant un « diplomate accompli » dont le monde « se souviendra ».

Le prince Saoud al-Fayçal, né en 1940 et qui avait conduit pendant 40 ans la diplomatie du géant pétrolier saoudien avant de quitter ses fonctions en avril, est décédé jeudi aux Etats-Unis en raison de problèmes de santé, ont annoncé sa famille et une source officielle.

Le président Obama a salué « un diplomate engagé et accompli », selon un communiqué de la Maison Blanche. « Des générations de responsables et diplomates américains ont bénéficié de (son) point de vue attentionné, de son charisme, de son calme, et de ses qualités diplomatiques ».

« A chaque fois, il a fait avancer les objectifs de la paix, que ce soit en négociant la fin de la guerre civile au Liban ou en aidant à lancer l’Initiative de paix arabe », a ajouté Obama.

Saoud al-Fayçal « était engagé dans l’importance de la relation américano-saoudienne et la poursuite de la stabilité et de la sécurité au Moyen-Orient et au-delà ».

« Le monde entier se souviendra de son héritage », a conclut le président américain.

Le chef de la diplomatie John Kerry a salué un ex-homologue « de grande expérience, très chaleureux, d’une grande dignité et aux idées perspicaces ».

« La longévité de son mandat, qui correspond à 13 secrétaires d’Etat américains, est la marque d’un respect universel », a ajouté Kerry, qui se trouve actuellement à Vienne pour les négociations sur le programme nucléaire de l’Iran, grand rival de l’Arabie saoudite.

« Je l’ai personnellement beaucoup admiré, j’ai apprécié son amitié et ses sages conseils », a-t-il ajouté. « Son héritage en tant qu’homme d’Etat et diplomate ne sera pas oublié ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...