Le président des Etats-Unis Barack Obama a estimé mercredi que les habitants de la bande de Gaza avaient besoin d' »espoir » et ne pouvaient survivre longtemps coupés du monde.

« Je n’ai aucune sympathie pour le Hamas mais j’en ai pour les gens ordinaires qui souffrent à Gaza », a déclaré M. Obama lors d’une allocution en clôture du sommet USA-Afrique à Washington.

« Notre objectif maintenant est de nous assurer que le cessez-le-feu tienne, que Gaza puisse commencer le processus de reconstruction », a ajouté le président américain.

De la même manière, les Israéliens doivent « avoir confiance dans le fait qu’ils ne vont pas de nouveau subir des tirs de roquettes comme nous en avons vu ces dernières semaines », a-t-il ajouté.

A plus long terme, il doit y avoir « une reconnaissance du fait que Gaza ne peut pas subvenir à ses besoins en étant coupé du monde ».

Les Palestiniens ordinaires qui vivent dans les territoires contrôlés par le Hamas « ont besoin d’espoir, de voir Gaza s’ouvrir pour qu’ils ne se sentent pas emmurés », a encore dit M. Obama.

Celui-ci a réitéré sa préoccupation au vu du bilan du conflit qui a laissé ces dernières semaines 1 875 morts côté palestinien, selon les chiffres du ministère de la Santé à Gaza, dirigée par le Hamas, et 67 côté israélien.

Le président américain a également insisté sur son soutien constant à Israël pour son droit à se défendre et a répété que le Hamas avait agi de manière « extraordinairement irresponsable » en lançant des roquettes sur Israël.