Obama sur l’accord iranien : la résolution de l’ONU est un « message clair »
Rechercher

Obama sur l’accord iranien : la résolution de l’ONU est un « message clair »

Le Conseil de Sécurité a entériné à l'unanimité la résolution ; le Congrès américain doit examiner l'accord de Vienne

Le président américain Barack Obama dans le bureau ovale de la Maison Blanche, le jeudi 30 avril 2015 à Washington  (Photo AFP / MICHAEL THOMAS B.)
Le président américain Barack Obama dans le bureau ovale de la Maison Blanche, le jeudi 30 avril 2015 à Washington (Photo AFP / MICHAEL THOMAS B.)

La résolution de l’ONU adoptée lundi et qui entérine l’accord nucléaire signé entre Téhéran et les grandes puissances est un « message clair » en faveur du texte, a estimé le président américain Barack Obama.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté cette résolution à l’unanimité, ce qui, espère M. Obama, va « envoyer (le) message clair qu’un nombre écrasant de pays » reconnaît la diplomatie comme étant « de loin notre meilleure approche pour s’assurer que l’Iran ne se dote pas de l’arme atomique ».

Le Congrès dominé par les républicains est en majorité opposé à l’accord.

« Il y a un large consensus international autour de cette question », a poursuivi Barack Obama. « Mon hypothèse est que le Congrès va tenir compte de ce large avis général ».

Le Congrès américain est dominé par les adversaires républicains du président, qui sont en majorité opposés à l’accord.

Avec l’adoption à l’unanimité de l’accord, l’ONU prépare désormais la levée des sanctions internationales qui asphyxient l’économie iranienne, à condition que la République islamique respecte à la lettre l’accord de Vienne.

S’il est respecté, les sept résolutions que l’ONU a adoptées depuis 2006 pour sanctionner l’Iran « seront abrogées », stipule le texte.

Le président américain tente de convaincre les parlementaires du bienfondé de cet accord, dont les deux chambres pourront tenter de bloquer l’application par Washington en votant sous 60 jours.

Certains se sont déjà dit furieux, lundi, que l’ONU ait voté avant même que les élus aient pu examiner le texte.

« Aller à l’ONU avant le Congrès est un affront pour les Américains, et une nouvelle preuve qu’un président faible essaie de vendre un mauvais accord », a déclaré le sénateur Lindsey Graham.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...