La cour de Jérusalem a condamné mercredi à un mois de prison supplémentaire Ehud Olmert, après que le Premier ministre a plaidé coupable pour obstruction à la justice dans deux affaires de corruption pour lesquelles il avait déjà été condamné.

La peine – six mois de prison, dont cinq qu’il effectuera en même temps que la peine à laquelle il a été condamnée pour les affaires de corruption – abolit un accord judiciaire qui aurait permis à toute sa peine d’obstruction d’être purgée en même temps que ses sentences précédentes. Il a également été condamné à trois ans de probation et à une amende de 50 000 shekels.

Au final, la décision du juge Avital Chen signifie que la longueur de la peine de prison d’Olmert sera augmentée, passant de 18 mois – sa peine pour son rôle dans le scandale immobilier Holyland – à 19 mois. Olmert sera le premier ancien Premier ministre d’Israël à aller en prison quand il commencera sa peine lundi prochain.

Chen a dénoncé les termes de l’accord judiciaire, déclarant qu’il aurait été « hautement déraisonnable » de faire concorder toute la condamnation d’Olmert pour obstruction avec ses autres peines de prison.

« Il est difficile pour moi d’accepter cet accord dans lequel une personne qui a avoué avoir commis deux crimes plutôt sérieux recevrait une peine de prison cumulative », a-t-il déclaré.

L’avocat d’Olmert, Eli Zohar, a déclaré que son client était déçu par le jugement, et discuterait d’un possible appel après lecture du jugement.

« Nous avons pris cet accord sous la recommandation des procureurs de l’Etat, et à la lumière de ceci, il est regrettable que la cour ait pensé que l’addition de 30 jours justifiait l’annulation de l’accord judiciaire », a-t-il déclaré.

« Nous trouvons significatif qu’il ait admis les crimes desquels il est accusé, et pour la première fois, ait pris publiquement la responsabilité de ses actions. La cour est d’opinion que la peine était inappropriée et a choisi de dévier légèrement de la peine », a déclaré le procureur de l’Etat Keren Ben-Menahem.

L’accord judiciaire aboli mercredi par la cour représente le premier aveu de malfaisances de l’ancien Premier ministre et maire de Jérusalem, qui a constamment maintenu son innocence pendant les huit ans de procédure judiciaire dans différents cas.

Shula Zaken in Jerusalem Magistrate's Court on May 2 (photo credit: Miriam Alster/Flash 90)

Shula Zaken au tribunal de Jérusalem, le 2 mai 2012. (Crédit : Miriam Alster/Flash 90)

Il a admis avoir essayé de persuader son ancienne secrétaire Shula Zaken de ne pas témoigner contre lui dans l’affaire Holyland et dans une seconde affaire impliquant des enveloppes de liquide données par l’homme d’affaires américain Morris Talansky, et d’essayer d’acheter son silence.

Dans des enregistrements secrets faits par Zaken, Olmert peut être entendu en train de dire : « Si je ne suis pas acquitté, personne ne sera acquitté ». Les enregistrements révèlent aussi qu’il a proposé de payer ses frais judiciaire.

L’accord judiciaire représentait un dernier effort de l’équipe judiciaire d’Olmert pour lui éviter un temps supplémentaire en prison après l’attribution des sentences des affaires Holyland et Talanski. Sa sentence de huit mois pour l’affaire Talansky est programmée pour être débattue à la Cour suprême.

Zaken a déjà purgé sa peine de prison pour son rôle dans l’affaire Holyland.

Olmert a été condamné en mai 2014 à six ans de prison pour deux accusations séparées de corruption au début des années 2000 en lien avec la construction du complexe résidentiel massif Holyland à Jérusalem. Mais en décembre, la Cour suprême avait réduit sa peine à 18 mois de prison et l’avait acquitté d’une des accusations.

Raoul Wootliff a contribué à cet article.