L’ancien Premier ministre Ehud Olmert et sept autres inculpés dans l’affaire Holyland resteront en liberté jusqu’à la fin de la procédure d’appel, selon une décision de la Cour suprême lundi.

Olmert a été condamné le 13 mai 2014 à six ans de prison, dont deux avec sursis, et à une amende d’un million de shekels pour son implication dans le scandale de détournement de fonds du projet de construction du complexe résidentiel Holyland.

L’ancien Premier ministre devait initialement se présenter à la prison le 1er septembre. Cependant, le président de la Cour suprême Asher Grunis a repoussé sa sentence « jusqu’à ce qu’une décision soit rendue au sujet des requêtes d’ajournement ».

Olmert a interjeté l’appel de sa condamnation.

Les sept individus condamnés avec Olmert pour ce scandale – Hillel Cherney, Avigdor Kelner, Meir Rabin, Uri Shitrit, Eliezer Simhayoff, Danny Dankner et Uri Lupolianski – projettent ou ont déjà interjeté un appel.

Olmert sera rejugé par la cour de district de Jérusalem pour les accusations de fraude, d’évasion fiscale et de falsification de documents, accusations connues sous le nom des affaires Talansky et Rishon Tours. Il avait été acquitté de tous les chefs d’accusation en 2012.

Vue aérienne du projet Holyland (Crédit : Nati Shochat/Flash 90)

Vue aérienne du projet Holyland (Crédit : Nati Shochat/Flash 90)

La Cour suprême a ordonné un nouveau procès en août. Elle a indiqué qu’elle permettrait que le nouveau témoignage de l’ancienne assistante d’Olmert, Shula Zaken, soit pris en compte.

Cela inclut les enregistrements des conversations entre Olmert et Zaken, qui a fourni ces informations dans le cadre d’une négociation de plaidoyer. Zaken a déjà commencé à purger sa peine de prison de 11 mois. Elle avait été condamnée en mai.

L’affaire Holyland est considérée comme l’une des pires affaires de corruption dans l’histoire du pays. Au centre de l’affaire, il y avait le complexe immobilier, un projet colossal en haut d’une colline. Les habitants de Jérusalem soupçonnaient depuis longtemps que le projet était entaché par la corruption.

L’affaire a été révélée en 2010, quand Schmuel Dachner, un homme d’affaires qui était impliqué dans le projet, est devenu un témoin de l’accusation.

Dachner est décédé d’une maladie en 2013, en plein milieu du procès et avant que les avocats d’Olmert aient pu compléter son contre-interrogatoire.

Justin Jalil a contribué à cet article