Les tourments juridiques de l’ancien Premier ministre Ehud Olmert qui a été condamné plus tôt dans l’année à une peine d’emprisonnement de 6 ans pour avoir accepté des pots-de-vin dans l’affaire Holyland, continuent mardi.

La Cour de district de Jérusalem a été convoquée à nouveau pour délibérer sur une autre affaire contre Olmert connue sous le nom de l’affaire Talansky.

En août, la Cour suprême a ordonné la réouverture du procès. Elle a justifié sa décision en expliquant qu’elle autorisait que le témoignage de l’ancienne assistante Shula Zaken, dont des enregistrements de conversations entre Olmert et Zaken, soit ajouté au dossier. Elle a donné ses informations au printemps dernier dans le cadre d’une négociation de réduction de peine.

Olmert prendra en charge sa défense pendant ce nouveau procès.

En mai, Olmert a été condamné à 6 ans d’emprisonnement pour avoir accepté des pots-de-vin dans l’affaire de l’escroquerie immobilière connue comme « l’affaire Holyland » et devait se présenter à la prison le 1er septembre. Sa peine a été suspendue en raison de son appel.

En 2012, la cour de district de Jérusalem a acquitté Olmert sur les accusations de fraude, d’évasion fiscale et de falsification de dossier d’entreprise dans l’affaire qui est devenue l’affaire des tours Talansky et Rishon.

Il a été jugé coupable pour des accusations moins graves d’abus de confiance dans l’affaire Investment Center [Centre d’investissement].

Olmert a été accusé de payer ses vacances en famille en doublant les factures des organisations juives grâce à l’agence de voyages Rishon Tours, en acceptant des enveloppes remplies de billets d’hommes d’affaires américains et du collecteur de fonds Talansky. Il a aussi accordé des passe-droits au procureur général Uri Messer qui a eu la fonction de ministre du Commerce dans l’affaire Investment Center.

La plainte a été déposée après qu’il soit devenu Premier ministre en 2006, mais les faits couvrent la période où il était le maire de Jérusalem et ministre du gouvernement. Il a officiellement démissionné de son poste de Premier ministre en septembre 2008 quand les enquêteurs ont recommandé sa mise en examen.

Zaken a été reconnu coupable des accusations de bénéfices obtenus frauduleusement et d’abus de confiance dans l’affaire Rishon Tours. Dans l’affaire Holyland, un juge a accepté une négociation de peine et l’a condamné à 11 mois de prison pour avoir accepté des pots-de-vin.

JTA a contribué à cet article