L’enregistrement entier de l’appel passé par l’un des jeunes kidnappés à la police a été rendu public mercredi. On peut y entendre les ravisseurs chanter en arabe et hurler de joie après les bruits assourdissants – qui pourraient être des coups de feu. On peut aussi entendre les kidnappeurs crier avec enthousiasme « Trois ! ».

L’enregistrement entier a été mis en ligne sur le site Ynet moins d’un jour après que la police ait levé l’ordre de silence sur les 49 secondes de l’appel qui dure 2 minutes 09.

Dans les 49 secondes autorisées à la publication lundi, un des adolescents, identifié par Bat-Galim et Ofir Shaar comme leur fils Gil-ad, est être entendu murmurant
« Ils m’ont enlevé » à l’opérateur avant que les kidnappeurs ne hurlent en hébreu avec un accent arabe « Gardez vos têtes baissées ».

L’opérateur essaie de communiquer avec l’interlocuteur mais ne reçoit aucune réponse. Quelques secondes plus tard, on peut entendre des bruits assourdissants, qui sembleraient être des coups de feu. Quelqu’un dans la voiture gémit.

La version courte de l’enregistrement se finit avec une interview à la radio hébraïque mis à fond dans la voiture.

Dans l’enregistrement entier, qui dure un peu plus de deux minutes, le son de la radio est interrompu par une voix au téléphone – un autre opérateur, cette fois une policière, qui demande à l’appelant où il est.

Cependant, cette opératrice aussi ne reçoit aucune réponse. A la place, on entend encore plus de bruits assourdissants.

Quand les bruits s’arrêtent, un des ravisseurs crie « trois ! » en arabe. Lui et son complice chantent joyeusement en arabe et se réjouissent, avant que l’enregistrement ne prenne fin.

L’officier a appelé le numéro huit fois, ça a sonné occupé trois fois. Il est tombé cinq fois sur le répondeur.

Des sources militaires ont déclaré plus tôt que les ravisseurs avaient tiré sur les trois adolescents pendant l’appel quand ils se sont rendu compte qu’ils essayaient d’alerter la police.

La radio militaire a fait une déclaration similaire mardi et a rajouté que du sang et une balle avaient été retrouvés dans la voiture.

Lundi, une enquête interne a révélé une série de graves erreurs professionnelles dans la réaction immédiate à l’appel causant le renvoi de quatre officiers de police.