Christine Chinkin, professeure de droit à la prestigieuse London School of Economics et co-auteure du rapport Goldstone – document fustigeant les actions israéliennes pendant l’opération militaire à Gaza en 2009 – a été désignée pour succéder à Richard Falk, au poste de Rapporteur spécial de l’ONU sur la « situation des droits de l’Homme dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967 », a-t-on appris jeudi.

Selon Hillel Neuer de UN Watch, qui a rendu l’information publique, la nomination de Chinkin par le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU serait contraire à la volonté du comité d’expert officiel, dont le premier choix portait sur Christina Cerna, une spécialiste américaine des droits de l’Homme.

Neuer a affirmé jeudi que la nomination de Chinkin était le résultat des pressions des Etats arabes membres.

Dans une tribune publiée sur le Times of Israel il exhorte les États-Unis à bloquer sa nomination.

La désignation de Chinkin devrait être votée vendredi par le Conseil des droits de l’Homme.

Le mandat de Richard Falk aux Nations unies a « terni » la réputation de l’institution et les États-Unis attendent avec impatience son départ imminent, a confié lundi l’émissaire américaine Samantha Power.

Selon Power, l’obsession de Falk sur Israël et les Palestiniens a entaché le bilan de l’ONU.

« Ses publications de matériels étranges et insultants ont terni la réputation de l’ONU et nui à l’efficacité du Conseil des droits de l’Homme », a déclaré Power.

« Les Etats- Unis se félicitent du départ de M. Falk, attendu depuis longtemps. »

Selon Reuters, qui cite des responsables de l’ONU à Genève, Falk ne souhaite pas prolonger le terme de son mandat au-delà du 1er mai.

Power a également dénoncé « les rapports biaisés anti-israéliens » de Falk, mais aussi « sa perpétuation nocive et scandaleuse des théories du complot sur le 11 septembre ».