Le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne ont présenté les principaux éléments préparant une nouvelle résolution du Conseil de sécurité des Nations unies destinée à mettre un terme à six semaines de conflit, ont indiqué des diplomates jeudi à l’AFP.

Le document de deux pages, obtenu par l’AFP, appelle à un cessez-le-feu immédiat et durable qui mettrait un terme aux tirs de roquettes vers Israël et aux opérations militaires dans la bande de Gaza.

Les diplomates ont expliqué que cette initiative visait à obtenir le soutien unanime des quinze membres du Conseil de sécurité alors qu’une résolution proposée par la Jordanie a rencontré des résistances, surtout de la part des Etats-Unis.

Ce document répond notamment aux inquiétudes des Israéliens en matière de sécurité et accorde aux Palestiniens leurs doléances.

Il demande également au secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon de faire des propositions pour « mettre en oeuvre ces éléments dans une résolution » destinée à relancer les négociations de paix au Caire.

« Nous recevons des messages positifs de la région selon lesquels ça pourrait aider », a déclaré à l’AFP une source diplomatique au sujet de l’initiative européenne.

Les discussions en étant encore à un stade préliminaire, ont souligné les diplomates, il n’est pas possible à ce stade de savoir à quel horizon un nouveau projet de résolution pourrait être prêt.

« Nous avons discuté de certaines idées et partagé des opinions et nous sommes toujours en train d’essayer de déterminer quelles seront les prochaines étapes », a expliqué un diplomate.

Le document élaboré par les diplomates européens plaide pour un retour de l’Autorité palestinienne à Gaza, qui est dirigé par le Hamas depuis 7 ans.

Il prévoit aussi la levée des restrictions économiques et humanitaires dans la bande de Gaza pour permettre d’engager un effort de reconstruction de grande ampleur, et la réouverture des frontières.

Une mission internationale de contrôle et de vérification serait mise en place avec pour mission de signaler le non-respect du cessez-le-feu et de surveiller les flux de marchandises vers Gaza. Ce dernier point faisait défaut dans le projet de résolution jordanien.

Les responsables de l’ONU ont souligné que la destruction après ces six semaines de conflit était bien pire qu’en 2008/2009. Trois guerres se sont déroulées entre Israël et Gaza en six ans.

« Nous allons reconstruire (Gaza) mais ce doit être la dernière fois », a prévenu début août Ban Ki-moon.