Le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah a pris le commandement des forces pro-régime sur le front sud en Syrie, près de la partie israélienne du Golan, a affirmé mardi à l’AFP une ONG.

Une source militaire syrienne a confirmé le rôle prééminent du Hezbollah dans les provinces méridionales de Qouneitra et de Deraa.

« Le Hezbollah a pris la direction des opérations en compagnie de l’armée syrienne et des forces iraniennes dans un triangle reliant les provinces de Deraa, Qouneitra et le sud-ouest du gouvernorat de Damas », a expliqué le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) Rami Abdel Rahmane.

« La ligne de front se trouve sur la frontière avec le plateau du Golan occupé » par Israël, a-t-il ajouté.

« Le Hezbollah et les troupes du président Bashar el-Assad ont lancé dimanche une offensive pour reprendre les territoires capturés récemment par les rebelles et les djihadistes. Ils ont repris en deux jours une série de villages et de collines », a indiqué le directeur de l’OSDH.

Une source militaire syrienne a confirmé à l’AFP que « l’armée syrienne et ses alliés, dont le Hezbollah, combattaient des groupes armés dans les provinces de Qouneitra et de Deraa ».

Elle a ajouté que cette offensive vise « à stopper les attaques des hommes armés qui avancent petit à petit vers la capitale ». Contrairement à l’OSDH, la source militaire assure que c’est l’armée syrienne qui dirige les opérations.

Les rebelles syriens et leurs alliés djihadistes du Front al-Nosra ont progressé ces dernières semaines dans le sud du pays. Les provinces de Deraa et de Qouneitra sont importantes car elles sont proches de la capitale, de la Jordanie et du plateau du Golan.

Le 18 janvier, six combattants du Hezbollah, bête noire de l’Etat hébreu, avaient été tués lors d’un raid israélien dans le sud de la Syrie. Le Hezbollah avait répliqué en tuant quelques jours plus tard deux soldats israéliens.

Selon l’OSDH, près de 5 000 hommes du Hezbollah sont déployés actuellement en Syrie.