Un tribunal de Jérusalem se penchait jeudi sur la santé mentale d’un Israélien, principal accusé dans le meurtre d’un adolescent palestinien brûlé vif en 2014.

Deux médecins devaient témoigner devant les juges israéliens appelés à décider si Yosef Haim Ben David est suffisamment sain d’esprit pour être condamné pour l’enlèvement et l’assassinat de Mohammed Abu Khdeir le 2 juillet 2014 à Jérusalem-Est.

Le tribunal devrait se prononcer sur la question à une date ultérieure, a appris une journaliste de l’AFP à l’audience.

Yosef Haim Ben David est considéré comme l’instigateur et principal exécutant de ce crime qui a contribué à l’escalade des violences menant à la guerre de Gaza en juillet-août 2014 et qui a profondément marqué l’opinion palestinienne.

Le tribunal a déjà condamné le 4 février ses deux complices, mineurs au moment des faits, à la prison à perpétuité pour l’un et à 21 ans d’emprisonnement pour l’autre.

Après des mois de procès, le tribunal avait causé la surprise et l’émoi le 30 novembre en décidant à la dernière minute de se pencher sur la santé mentale de Yosef Haim Ben David avant de se prononcer sur sa culpabilité.

Les avocats de celui-ci affirment depuis le début du procès fin juillet 2014 que Ben David, qui a proclamé être « le messie », n’est pas pénalement responsable. Mais ils ont attendu les tout derniers jours des audiences pour produire un document à l’appui de leurs dires. Le tribunal a accepté en exprimant sa réprobation devant le procédé.