La France a condamné lundi l’annonce des autorités israliennes de confisquer 400 hectares de terres en Cisjordanie et les a appelées à « revenir sur leur décision ».

Israël a annoncé dimanche sa décision de s’approprier 400 hectares de terres proches de l’implantation de Gva’ot, dans les environs de Bethléem, en réaction au meurtre des trois jeunes Israéliens en juin dans le secteur.

Paris « condamne » et « appelle les autorités israéliennes à revenir sur leur décision », a déclaré le porte-parole du Quai d’Orsay Romain Nadal.

L’annonce de la confiscation des terres intervient moins d’une semaine après le cessez-le-feu dans le territoire palestinien.

Il s’agirait d’une confiscation de terres « sans précédent » par son ampleur depuis les années 1980, s’est alarmée l’organisation « La Paix maintenant », tandis que les responsables palestiniens ont dénoncé un nouvel affront israélien.