Le 7 juillet dernier, « sur le front du Haut Karabakh, cette enclave arménienne en territoire azeri » rappelle Le Temps, l’Azerbaïdjan est soupçonné d’avoir testé des drones israéliens.

Selon l’Arménie, les dégâts sont minimes, or, deux soldats ont été blessés,

Le journal Maariv révélait qu’au même moment une délégation de la compagnie Aeronautics Defense Systems se trouvait en Azerbaïdjan pour présenter l’Orbiter-1K, présenté comme un « drone kamikaze » qui se fait exploser sur sa cible.

« Les deux employés auraient, selon Maariv, quitté depuis l’entreprise. Mais le ministère de la Défense a ouvert une enquête sur leurs allégations avant de décréter, fin août, le ‘gel’ des exportations d’Aeronautics à destination de l’Azerbaïdjan, l’un de ses ‘plus importants clients’, selon l’entreprise » conclut Le Temps.

Une affaire similaire avait fait du bruit en 2016.

Un drone-kamikaze israélien aurait alors été repéré dans le ciel du Nagorny-Karabakh, dans le Caucase.

Artsrun Hovhannisyan, un porte-parole du ministère de la Défense arménien, a déclaré sur sa page Facebook que l’armée azerbaïdjanaise utilisait le drone israélien Harop.

Il a expliqué à l’agence publique russe Ria Novosti que le drone avait apparemment été fixé sur un bus plein de « volontaires arméniens » et avait tué sept d’entre eux, a rapporté mardi le Washington Post.

Cette région déchirée par la guerre est située et reconnue internationalement comme faisant partie de l’Azerbaïdjan. Sa plus grande partie est cependant régie par l’Arménie, soutenue par les séparatistes arméniens, qui constituaient la majorité de la population de la région lorsque l’Azerbaïdjan était gouverné par l’Union soviétique.

Les séparatistes arméniens, guidés par Erevan, ont pris le contrôle de la région montagneuse lors d’une guerre au début des années 1990, qui a coûté la vie à environ 30 000 personnes.

Les ennemis n’ont jamais signé d’accord de paix en dépit d’un cessez-le-feu en 1994.

Une vague inhabituellement sanglante de combats avait alors éclaté en avril 2016 entre l’Azerbaïdjan et les forces arméniennes, rompant ainsi le cessez-le-feu et tuant au moins 18 Arméniens et 12 soldats azerbaïdjanais. Les Arméniens ont accusé l’Azerbaïdjan de lancer une offensive. Quelques jours plus tard, l’Azerbaïdjan avait annoncé une trêve unilatérale.

Le Washington Post a publié que la forme de l’aile du drone suggère qu’il s’agirait d’un drone israélien des Industries Harop, qui se fixe à un objet et le fait exploser. Le Harop est assez petit pour pouvoir contourner les systèmes de détection d’avions ennemis et peut détecter des cibles par radar ou ondes radio, ainsi que par pilotage à distance.

Le Post a déclaré que le drone Harop avait également été repéré en action en Syrie et en Ukraine.

L’Azerbaïdjan est le plus grand fournisseur de pétrole d’Israël, un client important des industries d’armement israéliennes et un partenaire dans les relations complexe avec l’Iran.

En 2011, la compagnie israélienne de défense Aeronautics a ouvert une usine de drones militaires en Azerbaïdjan.

Les deux pays ont signé en février 2012 un accord de défense pour un montant de 1,4 milliard de dollars, qui portait sur des drones et des systèmes de défense antimissile.