Un procureur de l’État a annoncé lundi que le Prix Israël pour l’étude de la littérature ne sera pas attribué cette année, suite à une controverse sur l’intervention du Premier ministre Benjamin Netanyahu dans la composition du jury.

Lors de la procédure devant la Haute Cour de justice, l’avocat Yonathan Mozes a déclaré que des considérations techniques ont conduit à la décision d’annuler l’attribution du prix cette année.

Selon le règlement du Prix Israël, les juges ne peuvent être nommés ou disqualifiés que par le ministre de l’Education, un poste occupé temporairement par Netanyahu depuis novembre, lorsque l’ancien ministre Shai Piron a quitté le gouvernement avec le reste de son parti Yesh Atid.

Mais la tutelle temporaire du Premier ministre sur le poste étant arrivée à expiration, il n’y avait personne pour désigner un nouveau panel avant la date limite du 20 mars.

Le Prix Israël – décerné dans les catégories de la littérature, des sciences et des arts, et qui est considéré comme la récompense la plus prestigieuse du pays – est décerné chaque printemps le jour de l’indépendance, cette année le 23 avril.

Plusieurs membres de la communauté littéraire d’Israël ont demandé à la Haute Cour de justice d’annuler le prix de cette année, en disant qu’il a été victime de ce qu’ils ont appelé un « système malsain ».

Les pétitionnaires, parmi lesquels un certain nombre d’auteurs et d’artistes de renom, ont déclaré que la controverse avait contaminé le prix et l’avait réduit à des ragots et des calomnies.

Ils ont indiqué que d’autres membres de la communauté littéraire d’Israël s’étaient éloignés de la procédure de lundi pour éviter toute publicité négative supplémentaire, a rapporté lundi la Deuxième chaîne.

En février, des dizaines d’artistes, écrivains et cinéastes de remom avaient publiquement critiqué Netayahu après qu’il fut avéré qu’il avait disqualifié les membres du jury Avner Holzman et Ariel Hirschfeld en raison de leurs « opinions extrémistes ».