Les discussions entre Israël, les Palestiniens et les Etats-Unis pour étendre les négociations sont sérieuses et positives, affirment au Times of Israel plusieurs sources à Ramallah mardi. Toutefois, un abandon de la candidature de l’Autorité palestinienne auprès de 15 organisations internationales n’est pas envisagé.

Dans le même temps, le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Liberman affirme qu’aucun prisonnier arabe ne sera libéré si l’Autorité palestinienne ne retire pas ses candidatures, une décision qu’Israël qualifie d’unilatérale et en violation des accords passés au début des négociations.

Des sources au sein de l’Autorité palestinienne confient au Times of Israel que les deux camps cherchent à maintenir en vie les négociations actuellement dans l’impasse, mais l’une d’entre elles indique que « les écarts entre les parties sont importants, surtout sur la question du gel des constructions dans les colonies. »

L’un des responsables palestiniens ajoute que la question des prisonniers qui auraient dû être relâchés par Israël dans la quatrième série de libérations restait problématique, mais a tenu à préciser que des solutions voyaient le jour pour un grand nombre de prisonniers.

En revanche, la même source estime que les constructions israéliennes dans les implantations restaient un problème majeur. Toute proposition de gel partiel qui n’inclurait pas Jérusalem Est ou des projets en cours serait inacceptable aux yeux de l’AP.

« Nous ne sommes pas prêts à ce que [le ministre du Logement] Uri Ariel continue à nous fouler aux pieds et continue les constructions avec des prétextes tels que ‘les appels d’offres étaient déjà publiés’ ou ‘nous avions déjà reçu les permis de construire’. Les constructions à Jérusalem Est ne sont pas non plus acceptables », indique la source.
« Nous connaissons bien tous les prétextes du gouvernement israélien. Le gel doit être un gel total afin de permettre la poursuite des négociations au-delà du mois d’avril. »

Selon ce responsable, l’AP n’a pas insisté sur un gel des constructions avant la reprise des pourparlers en juillet mais, dans le même temps, Israël a construit des implantations isolées et des quartiers au sein de blocs d’implantations qui pourraient rester sous souveraineté israélienne en cas d’accord de paix.

Un autre responsable affirme que l’AP ne retirera en aucun cas sa candidature auprès de 15 organisations internationales.

« C’est fini. N’y pensez plus, cela n’aura pas lieu. Ce qui s’est passé s’est passé. Nous nous sommes portés candidats et nous ne nous rétracterons pas ; nous avons franchi une ligne et il est impossible de revenir en arrière », défend-il.

Le responsable loue malgré tout le climat positif à la table des négociations et considère que la situation de crise telle que présentée par les médias était quelque peu exagérée. « Oui, la situation est difficile et problématique, mais nous ne voulons pas et vous ne voulez pas voir les pourparlers échouer. »