Le département d’État américain refuse d’accorder des visas à des membres hauts placés des forces de sécurité israéliennes dont les activités sont liées à l’administration israélienne de la Cisjordanie, a révélé mardi soir la Dixième chaîne de télévision, citant des « sources pro-israéliennes » à Washington.

L’identification d’officiers et de commandants de l’armée, du Shin Bet, du Mossad et d’autres organisations est motivée par la peur que ces individus jouent un rôle dans la violation des droits de l’Homme des Palestiniens.

L’administration américaine n’a pas confirmé les informations, mais a affirmé la semaine dernière que la discrimination d’Israël contre les visiteurs américains d’origine arabe était la raison principale pour laquelle Jérusalem ne pouvait participer à un programme autorisant les touristes israéliens à entrer aux Etats-Unis sans visa.

« Le Département de la Sécurité intérieure est inquiet du traitement inégal que des Américains palestiniens et d’autres Américains d’origine moyen-orientale subissent à la frontière et aux postes de contrôle israélien, et la réciprocité est la condition la plus basique pour participer au programme d’exemption des visas », a déclaré la porte-parole du Département d’État Jen Psaki, le 21 mars, devant des journalistes.

Le Département d’État prévient également les Américains d’origine arabe qu’ils pourront être retardés, voire refusés, à leur arrivée en Israël.

De son côté, Israël affirme que son taux de refus d’admission des Américains arabes n’est pas disproportionné, faisant remarquer que dans le cadre des accords d’Oslo, les étrangers d’ascendance palestinienne doivent subir un protocole d’entrée différent.

Plusieurs efforts législatifs ont été menés au Congrès au cours des dernières années pour intégrer Israël au programme d’exemption de visas. La tentative la plus récente est actuellement en suspens au Sénat.

Les déclarations de Psaki interviennent après plusieurs semaines au cours desquelles un groupe de députés, conduit par le sénateur Chuck Schumer (démocrate), a critiqué les services consulaires américains pour leur taux de refus des jeunes Israéliens.

Le taux maximum de refus pour adhérer au programme américain d’exemption de visas est de 3 %. L’an dernier, Israël était à 9,7 %, et à 5,4 % en 2012.

Le taux de refus de visas pour des Israéliens est faible par rapport à de nombreux autres pays, les chiffres ayant aussi augmenté pour d’autres alliés des Etats-Unis au cours de l’année précédente.

Mais il apparaît clairement que les responsables consulaires se méfient des jeunes touristes israéliens, qui tentent de revendre illégalement des produits de la mer Morte lors de leur voyage aux Etats-Unis.

Lors de sa conférence de presse, Psaki a estimé que le taux de refus des Israéliens n’était pas disproportionné.

« Plus de 90 % des candidatures israéliennes pour des visas touristiques aux Etats-Unis sont approuvées. Pour les jeunes Israéliens, plus de 80 % des candidats obtiennent un visa », a-t-elle dit.