La justice jordanienne a condamné mardi douze Jordaniens à des peines d’un à 15 ans de prison pour leur implication dans une cellule de recrutement au profit du mouvement terroriste palestinien Hamas, qui contrôle la bande de Gaza.

Sur 16 accusés, « quatre ont été innocentés, tandis que 12 autres ont été condamnés dans des affaires de terrorisme », a indiqué une source judiciaire.

« Quatre accusés jugés par contumace ont été condamnés à 15 ans de prison. Trois autres (en état d’arrestation) ont écopé de cinq ans de prison », un de trois ans, et quatre d’un an de détention, a-t-on ajouté de même source.

Ils ont été reconnus coupables d’avoir fabriqué des matières explosives, mené des « actes à même de troubler l’ordre public » et des « recrutements de personnes au profit de groupes armés ».

Selon la Cour, un certain nombre de personnes, recrutées en Jordanie, se sont rendues depuis 2012 à Gaza via l’Egypte, où ils ont suivi des entraînements militaires.

La Jordanie et le Hamas entretiennent des relations difficiles depuis 1999, lorsque le chef du mouvement palestinien, Khaled Meshaal, et d’autres membres du mouvement terroriste ont été expulsés par les autorités jordaniennes.

Ces relations se sont encore détériorées en 2006, Amman ayant accusé le Hamas de trafic d’armes à partir de la Syrie vers son territoire.

Khaled Meshaal avait échappé en 1997 à Amman à une tentative d’assassinat du Mossad, le service de renseignement israélien.