NEW YORK – Au milieu d’une série de violentes attaques antisémites en Europe, l’ancien président Shimon Peres a rejeté dimanche les appels « politiques » par les dirigeants israéliens à une immigration massive des Juifs d’Europe.

Prenant la parole lors d’un du gala du Times of Israel à New-York, Peres a déclaré qu’il « aimerait que tout Juif qui veuille venir en Israël puisse venir ».

Mais « je ne veux pas en faire un argument politique, a-t-il ajouté. Ne venez pas en Israël pour une raison politique, mais parce que vous voulez venir vivre en Israël. Israël doit rester une terre d’espoir et non pas un pays de peur. Les Juifs peuvent vivre partout dans le monde, a-t-il poursuivi. Veillez juste à garder vos enfants juifs. »

Dans le sillage des attaques meurtrières contre des Juifs en France et au Danemark, le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait appelé les Juifs européens à s’installer en Israël.

Dans une conversation avec le rédacteur en chef et fondateur du Times of Israel, David Horovitz, Peres a offert une vision optimiste de l’avenir d’Israël et du Moyen-Orient, malgré des décennies de stagnation dans le processus de paix depuis la signature par lui et Yitzhak Rabin des accords d’Oslo avec les Palestiniens en 1993.

« Je crois que nous allons faire la paix avec tout le monde arabe a affirmé Peres. Je ne suis pas impressionné par les experts parce qu’ils ne comprennent pas le passé ; peut-être qu’ils ne comprennent pas non plus le présent. »

Même l’Iran, a suggéré Peres, ne pourra maintenir son régime intransigeant que pour un temps limité.

« L’idée que le régime iranien soit en place pour toujours ne tient pas, à mon avis. (…) L’Iran va changer aussi. Vous ne pouvez pas avoir les ayatollahs au gouvernement éternellement. »

Parmi les catalyseurs de la future transformation de la République islamique, Peres a cité la pression de la jeune génération sur le régime ainsi que les conditions environnementales.

Peres a apporté son soutien à des négociations avec l’Iran et au multilatéralisme.

« Je ne pense pas qu’un pays puisse empêcher l’Iran d’avoir des bombes. Le président [Barack] Obama, pour qui j’ai le plus grand respect, a dit que nous devons mettre toutes les options sur la table, mais je suggère que nous ne devrions pas commencer avec l’option militaire, mais avec la possibilité de sanctions et la pression politique. »

Ce premier gala du Times of Israel, intitulé « Raconter l’histoire d’Israël » célèbre le troisième anniversaire du lancement en langue anglaise du journal en ligne qui a été fondé conjointement par Horovitz et Seth Klarman, son président et investisseur.

Il publie désormais aussi des éditions en français, en arabe et en chinois.

Le gala s’est tenu dimanche soir dans le luxueux hôtel Waldorf Astoria de New York.

Peres s’est vu remettre lors de l’événement un prix d’excellence pour l’ensemble de sa carrière, de même que plusieurs autres dirigeants israéliens et juifs américains pour leur contribution à la sécurité, à la science, à la technologie et aux arts.

Parmi les lauréats on note le professeur de droit de Harvard Alan Dershowitz, l’inventeur du Dôme de Fer Danny Or, l’actrice Gal Gadot, la pionnière de la technologie Kira Radinsky et Meira Aboulafia la présidente de l’organisation IsraAid de secours aux sinistrés.

Quelque 1 200 personnes ont assisté à l’événement.