Le président Shimon Peres a personnellement présenté ses excuses au nom de la nation au chef du conseil d’une ville arabe du nord d’Israël, où des vandales ont tagué une mosquée un peu plus tôt dans la journée d’hier.

« En tant que président du pays,  je présente mes excuses au nom de tous les citoyens de ce pays à tous les résidents qui ont été affectés, » a déclaré Peres à Yonis Mari, le dirigeant du conseil local de Fureidis, selon un communiqué.

Le président s’est engagé à préserver les bonnes relations entre les Juifs et les Arabes dans la région et a promis d’amener les auteurs des actes de vandalisme devant la justice.

« Ces vils actes sont contraires à la foi juive et à la morale… et vont à l’encontre des intérêts des citoyens d’Israël, » a-t-il expliqué.

« Je connais les jeunes du village. Les bonnes relations entre les Juifs et les Arabes de la région ont été fondées sur un profond respect de l’un et de l’autre et sur une appréciation mutuelle. Cela doit rester comme ça. »

Mari a assuré à Peres que lui aussi travaillerait à maintenir une bonne relation.

« On ne répondra pas aux provocations des gens qui veulent ruiner  notre cohabitation. Je vous l’assure. »

Une étoile de David a été taguée sur les murs de la  mosquée de Fureidis ainsi qu’un message : « Fermez les mosquées et pas les yechivot, » une référence probable à la confiscation par la police des frontières d’une yechiva – un centre d’étude juif – dans une colonie juive de Yizhar.

La police  met en cause une frange d’extrémistes juifs pour ces attaques.