Le président Shimon Peres a attribué mardi la plus haute distinction civile israélienne à la chancelière allemande Angela Merkel, en visite en Israël.

La médaille de Distinction présidentielle « a été attribuée au Dr Merkel pour son engagement ferme à la sécurité d’Israël et dans la bataille contre l’antisémitisme et le racisme, en particulier au moyen de l’éducation, » était-il écrit dans un communiqué de la Résidence présidentielle.

« L’Allemagne sous votre direction n’oublie pas son lourd passé, l’Holocauste, et ne permet pas qu’il soit oublié, » a déclaré Peres lors de la cérémonie mardi après-midi.

Il a ajouté que l’Allemagne de Merkel « n’arrête pas de contribuer à la construction d’un nouveau futur. Vous vous tenez fermement contre tout aspect da l’antisémitisme. »

Peres a félicité Merkel pour son soutien des négociations avec les Palestiniens, menées par les États-Unis. « Vous pensez, comme nous, qu’il n’y a pas d’alternative à la paix et qu’elle ne doit pas échouer. »

Les pourparlers menés par les États-Unis, a continué Peres, « ne doivent pas s’arrêter et votre soutien a une grande importance. Les négociations sont à un point critique. Nous devons soutenir les pourparlers par tous les moyens possibles… Je crois que la paix est possible. »

Il a aussi félicité Merkel pour sa position par rapport au programme nucléaire iranien.

« Comme vous l’avez dit, ‘le soutien de l’Allemagne à la sécurité d’Israël fait partie de notre éthique nationale, notre raison d’être.’ Vous vous êtes opposée aux menaces iraniennes et avez insisté : ‘une bombe nucléaire dans les mains d’un président iranien qui nie l’Holocauste, menace Israël et nie le droit d’exister d’Israël, est inacceptable ! Pour moi, la sécurité d’Israël ne sera jamais sujette aux négociations.’ Vos mots n’ont pas d’hésitation et ont la clarté de l’honnêteté. »

Merkel a affirmé que l’Allemagne soutient une solution à deux États et a qualifié les pourparlers de « longue route couverte d’obstacles, sur laquelle les deux parties devront faire de douloureuses concessions » afin de parvenir à un accord fructueux.

La sécurité d’Israël à long terme, a-t-elle ajouté, ne sera seulement atteinte à travers la paix avec ses voisins.

Merkel a aussi réaffirmé son scepticisme par rapport aux négociations sur le nucléaire iranien. « Nous avons une opportunité diplomatique d’agir, mais nous devons nous assurer que l’Iran respecte ses engagements. »

En fin de compte, a-t-elle continué, l’Iran ne sera pas autorisé à mettre Israël en danger.

Plus tôt dans la journée, la chancelière allemande avait marqué ses différences sur les implantations juives et le dossier iranien avec son hôte israélien Benjamin Netanyahu, lors d’une conférence de presse commune à l’hôtel King David à Jérusalem.

AFP a contribué à ce rapport