bayPierre Laurent, le secrétaire national du Parti communiste français (PCF) a commenté l’échec de la visite en Israël de députés PCF et de la France insoumise en début de semaine à Marwan Barghouthi et à Salah Hamouri, un Franco-Palestinien en détention préventive, accusé par le Shin Bet d’appartenance au FPLP.

La délégation devait comprendre notamment Pierre Laurent et quatre députés LFI (Clémentine Autain, Danièle Obono, Muriel Ressiguier et Michel Larive).

« Nous voulions aussi apporter notre solidarité à des gens qui se battent pour la liberté et à des prisonniers politiques dont Marwan Barghouti. Nous savions que nous ne pouvions pas aller visiter Marwan Barghouti, mais on voulait rencontrer sa famille et les forces qui le soutiennent. C’est regrettable, » déclare Laurent sur France Info, cité par Libération.

Et d’ajouter : « Je rappelle qu’Israël a reçu en grande pompe Marine Le Pen au mois de juin dernier », a-t-il affirmé au micro de franceinfo.

Sauf que l’information est fausse… et l’une d’elles démenties par le Front national lui-même à Libération.

Il est vrai cependant, comme le rappelle le quotidien « la chef de file frontiste caresse depuis longtemps » l’espoir d’une visite officielle en Israël.

Marine Le Pen, présidente du Front national (FN), au soir du premier tour des élections législatives, à Paris, le 11 juin 2017. (Crédit : Denis Charlet/AFP)

« Arrivée en 2011 à la tête du parti, elle a vite cherché à rompre avec l’antisémitisme de son père en déclarant que les camps d’exterminations nazis avaient bien constitué ‘le summum de la barbarie’. Depuis, plusieurs cadres du FN comme Louis Alliot ou Gilbert Collard s’y sont rendus au cours de voyages privés mais hautement médiatisés. Dernier en date, Nicholas Bay, en janvier, » conclut Libération.

Pierre Laurent s’est ensuite lui-même corrigé dans un tweet :

« Mea culpa @franceinfo. Nicolas Bay, sg du #FN a été reçu par le ministre de la Santé israélien en janvier et Gilbert Collard en juin 2016 en Israël. Et non #MLP », a-t-il ensuite corrigé dans un tweet.

Mais il fait là encore une erreur.

Suite à une rencontre entre Bay et Yaakov Litzman, ministre de la Santé, une polémique avait éclaté en Israël, vite éteinte par le gouvernement.

Le ministère de la Santé avait indiqué que le ministre s’était retrouvé à son insu en présence de M. Bay lors d’une réunion.

Nicolas Bay, secrétaire général du Front National (Crédit: Josiane06/Wikimedia Commons)

« Dès que le ministre a découvert une connexion politique, il a recommandé à la personne de contacter le ministère des Affaires étrangères israélien puis il est sorti de la pièce. »

« Le gouvernement israélien n’a pas de contact avec le Front national, étant donné l’idéologie et l’histoire de ce parti », avait alors dit à l’AFP le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Emmanuel Nahshon en référence aux accusations d’antisémitisme longtemps attachées au Front national.

« Cette politique n’a pas changé. Le gouvernement israélien n’a pas approuvé de rencontre officielle avec le représentant du Front national », a-t-il ajouté.

Des demandes de rencontre avec des officiels israéliens ont été présentées au nom de M. Bay « et la réponse a été négative », avait-il dit.