Plainte en Afrique du Sud pour racisme contre un ancien leader étudiant
Rechercher

Plainte en Afrique du Sud pour racisme contre un ancien leader étudiant

Mcebo Dlamini, avait traité les Juifs de « diables » et de « bons à rien » à la radio, a déjà fait des déclarations antisémites

L'Université de Witwatersrand à Johannesburg en Afrique du Sud (Crédit : Samuel Molepo / CC BY-SA 3.0)
L'Université de Witwatersrand à Johannesburg en Afrique du Sud (Crédit : Samuel Molepo / CC BY-SA 3.0)

JOHANNESBURG – Une organisation juive d’Afrique du Sud a déposé une plainte pénale contre un ancien dirigeant étudiant d’université pour « propos racistes et diffamatoires » contre la communauté juive.

Le Comité sud-africain des députés juifs, ou SAJBD, a déposé la plainte contre Mcebo Dlamini, l’ex-président du Conseil représentatif des étudiants de l’université Witwatersrand, auprès de la police dans la banlieue de de Norwood de Johannesburg pour les commentaires qu’il a faits au cours d’une interview en direct sur la station de la radio Power FM la semaine dernière, a signalé Timeslive.co.za.

« Ce sont des démons. Ce sont des bons à rien », a déclaré Dlamini au sujet de la communauté juive. « Ils sont hypocrites, tout comme [le vice-chancelier de l’université de Wits] Adam Habib. Ils sont incirconcis dans leur cœur ».

Une déclaration publiée par le comité lundi dénonçait les commentaires de Dlamini qui « sont les dernières d’une série de déclarations publiques offensives qu’il fait concernant les Juifs d’Afrique du Sud au cours des neuf derniers mois ».

Le conseil a déjà déposé une plainte pour discours de haine contre Dlamini auprès de la Commission des droits de l’Homme d’Afrique du Sud, et a demandé à la Commission d’ajouter ses récentes remarques à ses accusations.

Dlamini a fait la Une des médias après un graphique publié sur sa page Facebook en avril comparant le gouvernement israélien au régime nazi.

« En chaque personne blanche il y a un élément d’Hitler », avait-il écrit.

Dlamini a ensuite été renvoyé de son poste à l’université mais Habib avait indiqué à l’époque que son éviction était sans rapport avec ses commentaires sur Hitler. Il a été renvoyé, a poursuivi Habib, suite à une constatation d’une faute contre lui par un comité disciplinaire en février.

« Les donateurs riches » avaient influencé la décision d’Habib de lui retirer le poste, avait déclaré Dlamini, et que le président de l’université avait cédé à la pression des « sionistes », avait indiqué Eye Witness News à l’époque.

À la même époque que sa publication Facebook, Dlamini avait déclaré au journal Wits Vuvuzela : « Ce que j’aime chez Hitler, c’est son charisme et ses capacités à organiser les gens. Nous avons besoin de plus de leaders de son calibre ».

En défendant ses remarques Facebook, Dlamini a déclaré qu’il regardait le « bon côté d’Hitler. Hitler a réussi à élever l’esprit du peuple allemand ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...