Plus de 25 000 coureurs ont envahi les rues de Jérusalem ce vendredi matin pour le marathon annuel de la ville.

De nombreuses rues de la capitale ont été fermées à la circulation.

La course de cette année comprend aussi un semi-marathon et des parcours réduits. Il s’agit de la quatrième édition du marathon annuel de Jérusalem, soutenue par le maire Nir Barkat, lui-même coureur et participant de la course.

Beaucoup d’écoles ont dû fermer leurs portes en raison de la course. Les automobilistes doivent rester en dehors du centre emprunté par les coureurs. Les rues devraient rouvrir à 14 heures.

Quelque 25 000 personnes devaient participer à l’événement, dont 2 460 coureurs étrangers, venant de 54 pays différents, selon la mairie. L’événement comprend de multiples courses : du marathon de 42,2 kilomètres à la course de 800 mètres pour les amateurs.

L’Ethiopien Gabriel Nile a remporté le semi-marathon, affichant une heure et trente minutes.

Le soleil était au rendez-vous et la température était un peu plus élevée que la normale. La course du marathon devrait finir en début d’après-midi.

La course est un vrai défi en raison du terrain montagneux de la ville, selon les habitants de la ville. C’est pourquoi la marathon de Jérusalem est l’un des plus prisés.

« Elle est, de loin, la course la plus dure en Israël, et l’une des plus dures au monde, » indique Guy Gordon, un coureur de Jérusalem. « Dans le tourisme du marathon, il y a une liste de 5 destinations classiques et puis il y a quelques défis, et Jérusalem en fait partie. »

Les spectateurs, qui préfèrent laisser leurs chaussures de sport à la maison pourront assister à la course de beaucoup d’endroits. Le marathon a débuté près du parc Sacher dans le centre ville, peu avant 7 heures.

Les 10 premiers kilomètres commencent au sud de la ville et tournent autour de la Vieille Ville, puis longent la route d’Hébron, vers la rue King David, à travers Talbiyeh et Rehavia, et finissent sur le boulevard Ben Zvi. La course du semi-marathon est similaire, quoique plus longue, elle inclut Katamon dans son parcours avant le franchissement de la ligne d’arrivée.

Le marathon commence près du musée de la ville et traverse le campus de Givat Ram de l’Université hébraïque.

Le parcours se dirige alors vers la Vieille Ville, la rue King David, la colonie allemande, le parc du chemin de fer et Talpiot avant de retourner vers la ligne d’arrivée au parc Sacher.

En 2013, l’Ethipien Abraham Kabeto Katale avait battu le temps record avec un temps de 2 :16 :29. 

Ronald Kimeli Kurgat remporte le marathon en achevant sa course en seulement 02:16:06

En franchissant la ligne d’arrivée en seulement deux heures et seize minutes, l’athlète kenyan Ronald Kimeli Kurgat a établi vendredi un nouveau record au marathon de Jérusalem.

Kurgat a achevé sa course en 02:16:06, établissant un nouveau record. Le précédent était détenu par le vainqueur de l’an dernier, l’Ethiopien Abraham Kabeto Katale, avec près de quatre minutes supplémentaires.

Katale avait terminé son parcours en 02:16:29 en 2013.

Côté féminin, c’est l’Ethiopienne Alemtsehay Mesfin Demse qui a remporté la course avec un temps de 02:47:21.

Le Kenyan Patrick Wachira Muriuki a décroché la deuxième place, avec un temps de 02:16:32 . Côté femmes, Lemelem Berha Yachem a été la première finaliste, terminant à 02:47:25.

L’Ethiopien Gabriel Nile a remporté le semi-marathon, en 1h30.

«Il s’agit, de loin, de la course la plus dure en Israël, et l’une des plus dures au monde», indique Guy Gordon, un coureur de Jérusalem.          « Dans le tourisme du marathon, il y a une liste de 5 destinations classiques et puis il y a quelques défis, et Jérusalem en fait partie. »