Les centres de distribution de masques à gaz en Israël ont été fermés jeudi, suite à une décision gouvernementale de mettre fin à l’approvisionnement de la population civile. Une décision motivée par la baisse significative du risque d’attaque chimique, selon le bureau du Premier ministre.

D’après les services postaux, près de 63 % de la population israélienne a reçu un masque à gaz.

Le gouvernement a déclaré qu’il continuerait à produire de manière limitée des kits de protection pour les équipes de sauvetage et qu’il déciderait de futures distributions en fonction des estimations de fin d’année du secteur de la Défense.

La décision a été suggérée par des responsables de la Défense dès novembre 2012. « C’est une décision responsable et réfléchie, qui prend en compte l’évolution des menaces au Moyen Orient ainsi que les forces et les capacités de l’État d’Israël », a écrit sur son compte Facebook le ministre de la Défense Moshe Yaalon.

Israël paye plus de 60 millions d’euros par an pour maintenir son programme de distribution de masques à gaz, a indiqué le quotidien Haaretz.