Un archéologue égyptien supervisant un projet international sur l’étude de l’intérieur des pyramides a critiqué samedi l’annonce cette semaine de l’existence d’une immense cavité dans la pyramide de Khéops, affirmant qu’il ne s’agissait pas d’une « découverte ».

Des scientifiques du projet ScanPyramids ont révélé jeudi dans une étude la présence d’une cavité « aussi grande qu’un avion de 200 places en plein coeur de la pyramide » de Khéops, monument de 139 m de haut et 230 m de large sur le plateau de Guizeh, en banlieue du Caire.

L’archéologue Zahi Hawass a affirmé à l’AFP avoir rencontré il y a deux mois au Caire les responsable du projet qui lui avaient alors fait part de leurs conclusions. « Nous les avions informés qu’il ne s’agissait pas d’une découverte ».

« La pyramide est pleine de cavités mais cela ne veut pas dire qu’elles abritent des chambres secrètes ou qu’il s’agit d’une nouvelle découverte », assure l’archéologue à la tête du comité scientifique qui supervise le projet ScanPyramids.

Pour le secrétaire général du comité gouvernemental des antiquités, Moustafa Waziri, « l’équipe scientifique n’aurait pas dû se précipiter (…) et utiliser des termes promotionnels comme ‘découverte’ ou ‘cavité de la taille d’un avion' ».

« Le travail doit se poursuivre selon les étapes de la recherche scientifique et doit être discuté avant toute publication », a-t-il ajouté dans un communiqué vendredi.

Kunihiro Morishima de l’université japonaise de Nagoya et co-auteur de l’étude de ScanPyramids publiée dans le magazine Nature, avait indiqué que la « cavité n’était connue de personne jusqu’à présent, depuis la construction de la pyramide il y a 4.500 ans ».

Cette cavité surnommée le big void (le grand vide) par certains chercheurs ferait au moins 30 m de long et aurait des caractéristiques similaires à celles de la grande galerie, la plus grande salle connue de la pyramide.