Pour Natalie Portman, répondre à des questions politiques sur le Moyen-Orient peut finir par être lassant.

L’actrice récompensée d’un Oscar a utilisé son nom pour soutenir Israël, même si elle a également exprimé sa répugnance à l’égard du gouvernement actuel du pays.

Elle a pourtant récemment déclaré au magazine Bazaar Harper que s’exprimer régulièrement sur la politique dans ses entretiens avec la presse n’est pas toujours facile.

« On me pose tellement de questions sur le Moyen-Orient, et je réponds : ‘Pouvez-vous me poser une question sur ma robe ? Parlons simplement de ma robe !’ » a-t-elle commenté en riant.

« C’est un peu étrange d’être originaire de là-bas », a-t-elle expliqué. « Quand vous dites, ‘Je viens d’Israël’, tout le monde veut avoir une conversation politique de 10 heures avec vous ».

« Tout le monde a une opinion très forte et passionnée sur le sujet, a-t-elle ajouté. Mais j’en suis contente. J’ai eu tellement d’amis qui m’ont demandé quand j’étais jeune ‘Qui je suis ? Quelle est mon identité ? Je n’ai jamais remis en doute mon identité ».

En mai, Portman a déclaré au Hollywood Reporter qu’elle était « très, très énervée et déçue » par la réélection de Benjamin Netanyahu comme Premier ministre israélien. « Je suis vraiment contre Netanyahu », a-t-elle déclaré.

Elle a néanmoins souligné qu’elle faisait attention à ne pas permettre à son statut de célébrité d’être utilisé pour « vous savez, chier sur Israël… je ne veux pas de cela ».

Le début de Portman en tant que réalisatrice est une adaptation de l’œuvre Une histoire d’amour et de ténèbre de l’auteur israélien Amos Oz qui a été projeté au Festival de Cannes en mai. Il s’agit d’une histoire autobiographique de l’enfance d’Oz dans un Israël naissant.

Elle a déjà souligné que le film n’est pas politique, expliquant que le film « traite surtout de cette histoire très particulière. Bien sûr, cela arrive à un moment fou dans l’histoire, et je crois que cela constitue un énorme poids sur leurs épaules. C’est une sorte de cocotte-minute pour la famille, mais il n’y a rien de politique derrière cela ».

Portman doit interpréter deux des femmes les plus célèbres du 20e siècle, Ruth Bader Ginsburg et Jacqueline Kennedy Onassis, dans deux productions à venir.

Elle jouera aussi dans deux films dirigés par Terrence Malick qui doivent sortir cette année, et fera une apparition dans le western ‘Jane a un pistolet’ qu’elle a coproduit avec Ewan McGregor et Joel Edgerton.