Amnesty International accuse Israël d’avoir tué des dizaines de civils palestiniens en Cisjordanie depuis trois ans « au mépris de la vie humaine », dans un nouveau rapport publié jeudi.

L’armée israélienne a répondu dans un communiqué reprochant à l’ONG « d’ignorer complètement l’augmentation substantielle des cas de violence palestinienne ».

Dans son rapport de 87 pages, intitulé « La gâchette facile : le recours disproportionné à la force par Israël en Cisjordanie », Amnesty affirme que 45 Palestiniens ont été tués et des milliers d’autres blessés depuis janvier 2011, alors qu’ils ne « semblaient pas poser de menace immédiate et directe aux soldats israéliens » stationnés en Cisjordanie.

« Les forces israéliennes, faisant preuve de mépris pour la vie humaine, ont tué des dizaines de civils palestiniens, y compris des enfants, en Cisjordanie, ces trois dernières années, avec une presque totale impunité », affirme l’organisation de défense des droits de l’Homme, basée à Londres.

« Le rapport présente des preuves mettant en évidence la récurrence d’incidents meurtriers illégaux et de blessures injustifiées de civils palestiniens par les forces israéliennes en Cisjordanie », estime Philip Luther, directeur du programme Moyen Orient et Afrique du Nord pour Amnesty International.

L’organisation reproche aussi à Israël « de ne pas avoir mené d’enquêtes indépendantes conformes aux normes internationales » et de favoriser ainsi « l’impunité » de ses forces à l’égard des Palestiniens.

Amnesty exhorte Israël à « ouvrir des enquêtes indépendantes, impartiales, transparentes et promptes sur tous les cas de civils palestiniens tués ou sérieusement blessés à la suite d’actions des forces israéliennes ».

L’association « presse également les États-Unis, l’Union européenne et le reste de la communauté internationale de suspendre toutes les fournitures de munitions, d’armes et d’autres équipements à Israël ».

Dans sa réponse diffusée mercredi soir, l’armée israélienne considère qu' »Amnesty International montre un manque de compréhension total des défis auxquels elle doit fait face en Judée-Samarie (ndlr: la Cisjordanie) ».

L’armée fait état d' »une très nette augmentation des attaques aux jets de pierres en 2013″, précisant que 132 Israéliens ont été blessés l’an dernier. Elle dénombre également « 66 attaques terroristes » en 2013.

« L’armée d’Israël s’en tient à des normes professionnelles et éthiques et […] la mise au jour d’inconduites ou de bavures en son sein donne lieu à enquêtes et à sanctions appropriées », conclut son communiqué.

« Il n’est pas juste, pour dire les choses avec retenue, de la part d’Amnesty, de rédiger un tel document sans même prendre la peine de [nous] demander une réponse ou un commentaire et ensuite d’attendre de nous une réaction alors que nous le voyons pour la première fois 24 heures avant sa publication », a réagi de son côté le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Yigal Palmor.