Un juge israélien n’a condamné un Palestinien qui résidait illégalement en Israël qu’à une peine relativement légère, parce qu’il avait récemment aidé deux Israéliens qui s’étaient égarés dans son village et les avaient aidés à échapper à une foule violente.

Selon un article publié dimanche dans le site d’information Ynet, le magistrat de Tel-Aviv Shamai Becker a déclaré la semaine dernière que le prévenu était un « un Juste parmi les Nations » pour justifier sa décision de ne pas condamner l’homme à plus de 18 jours de prison.

« Nous ne devons pas le condamner à toute sanction supplémentaire, comme signe de gratitude pour avoir risqué sa vie et son statut dans son village en sauvant des Juifs d’un amer destin. »

D’après le témoignage présenté devant le tribunal, le Palestinien, dont le nom n’a pas été divulgué, a aidé un homme juif israélien et son fils, qui avaient traversé son village pendant la guerre à Gaza pendant l’été et avaient été attaqués.

Selon l’article, le conducteur a déclaré au tribunal avoir été « très nerveux » au cours de l’incident.

« C’était le cinquième dimanche du Ramadan », aurait-il dit dans son témoignage.

« Il y avait des lumières et des gens dans la rue. J’étais nerveux et j’ai essayé de traverser le village le plus rapidement possible, mais je suis arrivé dans un cul de sac. Les villageois m’avaient indiqué un chemin. Ils ont dû me tromper. J’ai roulé et ils m’ont suivi. Quelqu’un a ouvert la porte et a volé mes lunettes. »

Ensuite, lui et son fils ont été bloqués dans la ruelle par une autre voiture et ont été attaqués avec des pierres. « Je pensais que j’étais à la porte de la mort », a-t-il dit.

C’est alors que le Palestinien les a invités dans sa maison et leur a dit de ne pas bouger jusqu’à ce que l’armée arrive pour les tirer d’affaire.

« Il a fallu 45 minutes à l’armée pour venir », se souvient l’homme juif.

« Il y avait des dizaines de personnes qui nous lançaient des pierres, mais lui et sa famille, une vingtaine de personnes en tout, se tenaient autour de notre voiture et ne laissaient personne approcher de la maison. Sans nul doute, ils ont sauvé nos vies. L’inculpé était l’un de nos défenseurs … Il est une des personnes qui ont risqué leur vie pour nous sauver, moi et mon fils. »

Le Palestinien avait plaidé coupable sur le fait de résider illégalement en Israël, d’utiliser une fausse identité et des faux documents, mais le juge a affirmé qu’il était un « Juste parmi les Nations », un terme utilisé pour décrire les non-juifs ayant sauvé des Juifs pendant la Shoah.

« Mon avis est que le tribunal israélien doit faire preuve de gratitude vis-à-vis de l’accusé pour ses actes, et encourager ainsi ce type d’actions dangereuses et altruistes dans l’avenir », a-t-il indiqué à Ynet.

Il a également plaidé pour que l’homme obtienne un permis de travail en Israël.