Les parents de la jeune fille de 19 ans dont le corps meurtri a été découvert dans un parking en Basse-Galilée début mai, a déclaré lundi qu’ils sont persuadés que l’assassinat de leur fille était une attaque terroriste, malgré les déclarations d’un responsable de la Défense de premier plan que le mobile du meurtre n’était pas probant.

« Le meurtre de ma fille a un motif nationaliste, et je ne vais pas accepter quoi que ce soit d’autre », a déclaré Yaakov Dadon au sujet de sa fille Shelly, lors d’une conférence de presse à la maison familiale d’Afula. « [C’était] une fille qui n’a jamais de mal à personne, et maintenant toute la famille est brisée ».

Dadon a été poignardée à mort le 1er mai dans un parc de stationnement dans la ville voisine de Migdal Haemek, après avoir quitté la maison pour se rendre à un entretien d’embauche.

Suite à un communiqué du chef de la police Yohanan Danino sur l’évolution de l’enquête du meurtre, la famille de Dadon a annoncé qu’elle enverrait une lettre au ministre de la Sécurité publique Yitzhak Aharonovitch, à Danino, au chef du service de sécurité du Shin Bet Yoram Cohen et au chef de la police du district nord Zohar Dvir, exigeant qu’ils reconnaissent le meurtre comme étant une attaque terroriste.

« Nous exigeons que vous annonciez publiquement que le fond et la motivation de l’assassinat méprisable est nationaliste », écrit la famille dans la lettre.

Les fonctionnaires ont déclaré qu’ils pensaient de prime abord que le meurtre était lié à un motif nationaliste, mais plus tard, ils sont revenus sur leurs déclarations, expliquant seulement qu’ils étaient toujours à la recherche d’un motif.