L’UE a salué jeudi l’accord de réconciliation palestinien mais relevé que la priorité était la poursuite des négociations de paix entre Palestiniens et Israéliens.

« Si la réconciliation (palestienne) est un pas important vers une solution à deux Etats, la priorité reste la poursuite des discussions » entre Israéliens et Palestiniens, relancées en juillet 2013 sous l’égide des Etats-Unis, a relevé un porte-parole du service diplomatique de l’UE.

« La priorité de l’UE est que ces pourparlers se poursuivent au-delà du 29 avril », censée être la date butoir de ce dialogue, actuellement dans l’impasse, a-t-il insisté.

Il a rappelé que l’UE avait à de nombreuses reprises appelé « à une réconciliation palestinienne derrière le président (Mahmoud) Abbas », y voyant « un important élément pour l’unité du futur Etat palestinien », dans le cadre d’un règlement prévoyant sa coexistence avec l’Etat hébreu.

« L’UE salue la perspective d’élections authentiquement démocratiques » pour la présidence et les instances législatives palestiniennes, prévues par l’accord de réconciliation, a ajouté ce porte-parole.

Noué entre l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), reconnue internationalement comme le seul représentant du peuple palestinien, et le mouvement islamiste Hamas, au pouvoir à Gaza, cet accord a suscité la colère d’Israël, qui s’apprêtait jeudi à y riposter par des sanctions.