Pour beaucoup d’enfants, les réseaux sociaux sont un moyen de passer le temps, pour leurs parents, le WhatsApp et le Facebook de leurs enfants peuvent être une nuisance. Mais pour Tommy Traitel et ses parents, Shay et Shimrit, le réseau social est devenu une planche de salut.

Un projet basé sur Facebook sert d’exemple sur la manière dont le réseau social peut être utilisé pour donner aux enfants autistes une meilleure vie, selon Shay Traitel.

« L’école fait un bon travail pour encourager l’interaction sociale, et l’école de Tommy en particulier fait un travail merveilleux, mais il y a une limite », a déclaré Traitel au Times of Israel.

« Nous voulons donner à Tommy la chance de se lier à un niveau beaucoup plus fort, avec beaucoup d’enfants dans tout le pays, lui fournissant ainsi une vie sociale qui peut l’aider à développer ses capacités sociales, et lui donner plus d’expériences pour fréquenter des personnes pour mieux l’outiller pour son futur ».

« Notre campagne Facebook pour apporter plus d’amis à Tommy dans la région de Tel Aviv a jusqu’à présent amener plusieurs après-midi de jeux, ainsi que le soutien de centaines de personnes en Israël et même à l’étranger, a ajouté Traitel. En ce qui nous concerne, Tommy est en guerre pour son futur – et il gagne. C’est pourquoi nous utilisons une référence sportive dans le nom de notre compagne Facebook : Tommy un, autisme zéro. »

L’histoire a commencé l’année dernière quand les parents de l’enfant de quatre ans et demi ont réalisé que l’autisme de leur fils devenait un problème pour ses interactions sociales.

« En regardant Tommy, vous pouvez penser que c’est un enfant normal, parce qu’il parle et peut se lier avec des gens, mais il est définitivement sur le spectre autistique, avec des problèmes importants, a déclaré son père. Comme pour la plupart des enfants diagnostiqués sur le spectre autistique, les communications et les connections font partie de ces problèmes. La plupart des enfants qu’il voit à l’école et dans d’autres lieux ont des problèmes similaires. Nous voulons que Tommy ait des relations avec d’autres enfants, pour qu’il puisse voir qu’il y a d’autres moyens de communiquer. »

Le taux d’autisme, qui touche 1 % de la population, a explosé ces 40 dernières années. Les scientifiques ne sont pas certains de savoir pourquoi, mais depuis 1978, les statistiques montrent qu’il y a eu une augmentation de 600 % du nombre d’enfants diagnostiqués avec un trouble du spectre autistique (TSA), qui décrit les conditions associées à l’autisme, y compris les troubles de la communication et des interactions sociales. Aujourd’hui, un enfant sur 68 (et un garçon sur 42) est diagnostiqué avec un TSA.

Tommy joue avec sa sœur Eve (autorisation de la famille Traitel)

Tommy joue avec sa sœur Eve (autorisation de la famille Traitel)

Il n’y a pas si longtemps, il y aurait eu peu d’options pour les Traitel pour toucher d’autres personnes, mais avec les réseaux sociaux, il suffit d’un post en ligne pour construire des relations.

Les Traitel ont mis en place une page Facebook pour organiser des après-midi jeux pour Tommy avec des enfants du centre du pays (les Traitel vivent à Tel Aviv), et ont envoyé le lien à leurs amis et connaissances, leur demandant de le partager.

La réponse, a déclaré son père, a été immédiate et débordante. « Nous avons commencé cela il y a environ un mois, et nous avons eu des centaines de ‘likes’ sur la page, ainsi que des opportunités pour organiser des après-midi jeux dans des parcs, visiter la maison d’autres enfants, et d’autres activités sociales avec des camarades de jeux », a déclaré Shay Traitel.

Jusqu’à présent, la page a engendré une douzaine d’après-midi jeux, « que Tommy a immensément appréciées ». Les parents qui veulent que leurs propres enfants étendent leurs vues et rencontrent des enfants qui sont « capables différemment » ont répondu avec enthousiasme, à la fois sur internet et en personne.

Mais ce qui a réellement surpris et ému les Traitel est la réponse de soldats qui ont invité Tommy à visiter leur base, des habitants de kibboutz qui leur proposent de venir y passer un week-end, et même des célébrités, a déclaré le père de Tommy.

« La page de Tommy a été partagée par tant de gens maintenant, nous recevons même des messages d’Israéliens aux Etats-Unis qui veulent rencontrer Tommy quand ils rentrent à la maison pour une visite. »

Tommy et la légende du rock israélien Iggy Dayan (autorisation de la famille Traitel)

Tommy et la légende du rock israélien Iggy Dayan (autorisation de la famille Traitel)

L’un de ses amis célèbres, Iggy Dayan, du groupe de rock israélien Mashina, a invite Tommy à un bœuf. « Tommy a connu Mashina depuis la chanson ‘Night Train to Cairo’, avec Iggy Dayan à la batterie, a déclaré Traitel senior. Tommy était tellement dedans qu’ils ont eu beaucoup de moments spéciaux. »

La campagne a aussi fait impression sur d’autres – des parents d’enfants autistes, et des personnes autistes qui essaient de gérer leur conditions. « Nous n’essayons pas de construire un ‘club’ en ligne d’enfants autistes, a déclaré Traitel. Nous faisons cela pour Tommy, et essayons de l’aider à construire des relations avec une grande variété de personnes, pas simplement des enfants comme lui. »

« Je pense que cela peut être autonomisant non seulement pour les parents mais aussi pour les enfants, particulièrement ceux qui n’avaient pas les possibilités que le réseau social nous offre quand ils ont grandi », a-t-il ajouté.

« Nous avons entendu des adultes qui ont expérimenté cela, offrir leur aide et se rappeler la solitude qu’ils ressentaient quand ils ont grandi parce qu’il était difficile pour eux de se lier aux autres. D’une certaine manière, Tommy est devenu le symbole du combat contre l’autisme, et cela en fait un gagnant pour nous. »