Bezeq, la compagnie nationale de téléphone d’Israël, a lancé une nouvelle campagne de publicité téléviséele week-end dernier.

On y voit Gidi Gov, l’ancien pilier de la troupe Kaveret et l’un des artistes les plus sympathiques du pays, arriver à l’aéroport de « Téhéran », passer le contrôle des passeports, monter dans un taxi pour enfin s’arrêter à un bâtiment qui ressemble étrangement au réacteur nucléaire de Bushehr en Iran.

A l’intérieur, une salle pleine d’ayatollahs iraniens et de chefs militaires comptant à rebours pour le lancement d’une attaque nucléaire contre un ennemi qui n’est pas specifié.

Lorsque Gov incontestablement nerveux fait irruption par une grille de climatisation, après avoir pris une bouffée de son inhalateur pour se donner un peu de courage, ils déclament en chœur « trois, deux, un » et la paume d’un général est sur le point d’appuyer sur le bouton rouge. « Arrêtez la bombe ! » exhorte Gov, et, étonnamment, ils arrêtent, pour ecouter son argumentaire de vente.

J’adore cette pub de Bezeq. Je l’adore.

Bien que, dois-je le préciser de suite, je n’ai nullement l’intention de m’abonner à ce nouveau service de Bezeq dont Gov fait la réclame – quelque chose qu’ils ont appelé « Smart Home » [Maison intelligente], qui vous permet de contrôler l’éclairage, la température et d’autres gadgets dans votre maison, même lorsque vous n’êtes pas là.

J’adore cette pub non pour le produit qu’elle présente, mais, d’abord, parce que son postulat est tellement ridicule : L’idée qu’un représentant asthmatique d’une compagnie de téléphone israélienne fasse irruption dans une salle de contrôle nucléaire iranienne pour dire aux dirigeants iraniens que ce n’est vraiment pas maintenant le moment de faire sauter le monde … parce que Bezeq propose un nouveau service pas du tout indispensable pour le contrôle de la température de la maison. Quel genre de créatifs dérangés ont imaginé ça ? Et quel genre d’agence de publicité folle l’a proposée au client ? Et quel genre de directeur du marketing farfelu de chez Bezeq l’a approuvée ?

La direction iranienne dans une salle de contrôle nucléaire dans la  nouvelle pub de Bezeq

La direction iranienne dans une salle de contrôle nucléaire dans la nouvelle pub de Bezeq

Je vais vous le dire. Le genre israélien. Celui des scénaristes, chefs d’agence et stratèges de marketing israéliens acharnés et pleins d’humour.

J’adore cette pub. Je les adore pour l’avoir faite maintenant. Je les adore pour l’avoir montrée lors du journal televisé de vendredi soir – juste après ce reportage sur les foules d’Iraniens défilant lors de la journée al-Quds pour dénoncer Israël, dénoncer l’Amérique, brûler nos drapeaux et demander notre disparition.

Ils l’ont montrée une seconde fois plus tard dans le même journal télévisé – juste après que l’analyste de la Deuxième chaîne pour Moyen-Orient Ehud Yaari nous ait amèrement informé, en fonction de je ne sais quelles sources, que l’accord du P5+1 avec l’Iran « était ficelé », et que si les conversations duraient ostensiblement à Vienne c’etait juste pour la galerie ; que les Iraniens ont tenu ferme, que les Américains ont capitulé, et que tout dans l’accord est encore pire que ce que nous avions craint.

Ils ont montré à nouveau la pub samedi soir, au moment où on apprenait que le guide suprême Ali Khamenei, avait dit à des étudiants que l’Amérique est « l’incarnation de l’arrogance mondiale » et que l’objectif central de la révolution islamique était de lutter contre cette arrogance, traité nucléaire ou non.

Et au moment où on nous annoncait un nouveau jeu iranien pour téléphones portables qui met en scène des missiles de fabrication iranienne s’écrasant sur des cibles israéliennes.

Des soldats iraniens mettent en joue Gidi Gov dans une salle de contrôle nucléaire dans une nouvelle pub de Bezeq

Des soldats iraniens mettent en joue Gidi Gov dans une salle de contrôle nucléaire dans une nouvelle pub de Bezeq

« Mort à l’Amérique ». « Mort à Israël. » Brûler, tuer, attaquer. Et voici notre vendeur anxieux Gidi Gov essayant à nouveau de vendre son service Smart Home de Bezeq aux responsables nucléaires iraniens.

Regarder cette nouvelle pub absurde, à ce moment précis de préoccupation désesperée autour de l’Iran, de son ambition mondiale, de ses objectifs nucléaires, et de la réponse irresponsable de l’Occident, est en fait une rare source de confort. Pas parce que cela diminue l’ordre du jour terrifiant iranien. Vraiment, ce n’est pas le cas.

J’espère que les dirigeants iraniens ont vu la pub. Je parie qu’ils auraient intériorisé la confiance qu’elle témoigne. Je voudrais aussi parier qu’ils ne voudraient pas que leur population la voie, que les Iraniens intériorisent que ces méchants Israéliens sont en fait assez drôles, capables de rire d’eux-mêmes, et de l’Iran. Qu’en Israël, vous pouvez diffuser une telle pub, à un moment comme celui-ci, et être complimenté pour cela

C’est juste une pub ridicule. Et c’est pourquoi je l’aime. (L’ai-je déjà dit ?) Israël a fait une pub idiote, a envoyé un VRP israélien fictif dans une fosse aux lions iranienne fictive, précisément au moment où les vrais Iraniens nous menacent, appellent à notre anéantissement, et au moment où ils achèvent de l’emporter contre un Occident myope et pourvu d’œillères pour accéder aux armes avec lesquelles ils risquent de réaliser leurs ambitions génocidaires declarées.

C’est juste une pub ridicule. Une annonce ridicule avec quelques doux échos chaplinesques, se moquant de la menace nucléaire iranienne.

Rire de quelque chose que les Israéliens doivent prendre tout à fait au sérieux, mais en soulignant que, même face au fanatisme meurtrier de l’Iran, et bien, désolés, nous n’allons pas renoncer à notre sens de l’humour. On ne va pas les laisser nous transformer en victimes tremblantes. Nous allons rire du Gidi Gov ridicule affrontant les ayatollahs.

J’espère que les dirigeants iraniens l’ont vue. Et si c’est le cas, je me demande ce qu’ils vont en faire. Si par myopie ils y voient la preuve de notre ostensible superficialité, ou s’ils bien sont assez intelligents pour intérioriser la confiance qu’elle témoigne.

Je parierais sur cette dernière hypothèse. Mais je voudrais aussi parier qu’ils ne voudraient pas que leur public la voie, que les Iraniens intériorisent que ces méchants Israéliens, ces méchants Juifs, sont en fait assez drôles, capables de rire d’eux-mêmes, et de l’Iran. Qu’en Israël, vous pouvez diffuser une telle pub, à un moment comme celui-ci, et être complimenté pour cela.

Manifestants iraniens brûlant un drapeau israélien lors d'une manifestation pour marquer la journée  d'al-Qods (Jérusalem) à Téhéran, le 10 juillet 2015 (Photo: AFP / ATTA KENARE)

Manifestants iraniens brûlant un drapeau israélien lors d’une manifestation pour marquer la journée d’al-Qods (Jérusalem) à Téhéran, le 10 juillet 2015 (Photo: AFP / ATTA KENARE)

Je me plais à penser que, dans les coulisses en Israël – où les meilleurs esprits gouvernementaux et militaires sont à pied d’œuvre pour que cette petite nation, assiégée, imparfaite et prospère puisse se défendre, peu importe ce que le régime iranien veut jeter sur nous – ils ont aussi aimé la pub de Bezeq. Et y ont trouvé un peu d’encouragement.

Après tout, le vendeur de Bezeq fait une partie de leur travail. Déconcerté par l’entrée surprise de Gov, le général iranien n’appuie pas sur le bouton rouge. Il fait une pause. Ouf !

Puis Gov prend la parole. Certains ayatollahs se demandent ce qui se passe. Malheureusement, les hauts gradés iraniens ne sont pas convaincus par le nouveau service de Bezeq. De nombreux soldats iraniens en uniforme mettent en joue le malheureux Gov. Il devient lugubre, mais heureusement, il a un plan B.

L'ayatollah Khamenei, le 8 février 2014 à Téhéran (Crédit : Site web de l'ayatollah Khamenei/AFP/Archives)

L’ayatollah Khamenei, le 8 février 2014 à Téhéran (Crédit : Site web de l’ayatollah Khamenei/AFP/Archives)

Je l’adore.

Pensez-vous que les dirigeants d’Israël ont vu cette pub stupide, et en ont ri ? Absolument. Est-ce trop d’imaginer que Khamenei l’a vue voir et en a souri ? Je crois que oui.

Juste une raison de plus pour laquelle nous allons survivre à lui et à son régime dangereux et dépourvu d’humour.