Plus de 2 millions d’enfants et adolescents – 2 194 931, pour être précis – ont repris mardi matin le chemin des écoles maternelles, primaires et secondaires, selon le ministère de l’Education.

Ce chiffre représente une hausse de 2,29 % du nombre d’élèves par rapport à l’année scolaire précédente, selon un communiqué du ministère.

Le nombre d’enfants dans les écoles maternelles – presque 317 000 – a augmenté de plus de 3,43 %. 157 477 enfants entrent au CP, tandis que 118 721 adolescents passent en terminale. Ils vont étudier dans 68 271 salles de classe réparties dans 4 714 écoles à travers le pays, sous la direction de 166 208 enseignants et autres professionnels de l’éducation.

La directrice du ministère de l’Education Michal Cohen a déclaré que l’année scolaire « a commencé comme prévu. » Il n’est pas rare que les débuts d’années scolaires soient entachées par des grèves à l’initiative d’associations de parents ou d’enseignants.

Une ouverture en douceur à l’année scolaire « permet à tous les élèves et à tous les enseignants de commencer aujourd’hui la tâche éducative avec le sourire, » a-t-elle ajouté.

Alors que le premier jour d’école a commencé sans accroc dans la plupart des établissements, 47 écoles gérées par des églises n’ont pas ouvert leurs portes mardi en raison d’un différend financier avec le gouvernement. Trois écoles bédouines dans la région du Néguev sont également restés fermées, pour protester contre la nomination de nouveaux directeurs.

Dans la localité ultra-orthodoxe d’Elad, 500 enfants de deux écoles n’avaient pas encore repris l’année scolaire puisque que les parents protestent contre des travaux dans le bâtiment de l’école qui, selon eux, mettent en danger les enfants.

A Kfar Yona, 34 enfants d’une maternelle religieuse ne sont pas venus. Le ministère de l’Éducation affirme que les parents ne veulent pas que des enfants de la communauté éthiopienne étudient avec leurs enfants.

Une grève à l’échelle nationale qui avait été annoncée lundi a pu être évitée après que Ran Erez le chef de l’Association des enseignants d’Israël, ait rencontré lundi soir le ministre Éducation Naftali Bennett.

Naftali Bennett accompagne  sa fille Avigail pour sa première rentrée scolaire en CP  et pour sa propre première rentrée scolaire en tant que ministre de l'Education, le mardi 1er septembre 2015. (Crédit photo: Sasson Tiram)

Naftali Bennett accompagne sa fille Avigail pour sa première rentrée scolaire en CP et pour sa propre première rentrée scolaire en tant que ministre de l’Education, le mardi 1er septembre 2015. (Crédit photo: Sasson Tiram)

Bennett a déclaré mardi à la radio israélienne que sa fille Avigail était « très heureuse d’être si grande, et de remtrer en cours préparatoire. »

Il était également fier d’une réforme encore en travaux visant à accroître le nombre d’enseignants et à réduire le nombre d’élèves par classe. « C’est assez incroyable, » a-t-il dit, « qu’elle était censée être dans une classe de 37 enfants et maintenant elle va étudier dans une classe avec 28 enfants. »

« Les enfants de l’Israël d’aujourd’hui entrent dans un système d’éducation qui est plus personnel et plus humain », a déclaré le ministre.

Bennett a dit que pendant les négociations pour bâtir la coalition au pouvoir, il a exigé 630 millions de shekels (142 millions d’euros) pour le ministère en vue d’atteindre trois objectifs : réduire le nombre d’enfants par classe, recruter plus d’assistantes pour les jardins d’enfants, et investir davantage dans l’enseignement des mathématiques à travers le pays.

« Aujourd’hui, nous pouvons dire que nous avons atteint deux de ces objectifs », a-t-il ajouté.

Un programme pour encourager les études de mathématiques visant à doubler, de 1 000 à 2 000, en cinq ans le nombre de professeurs qui enseignent cinq unités de mathématiques au lieu de quatre. En outre, Bennett veut ajouter 15 000 heures d’enseignement de mathématiques dans le pays.