La nuit a été calme à la frontière entre Israël et la bande de Gaza selon l’armée israélienne, après deux jours de tirs de roquettes palestiniennes et de raids israéliens.

« C’est calme, il n’y a pas eu de tirs de roquettes cette nuit », a affirmé à l’AFP un porte-parole de l’armée à 06H00 GMT (8H00 locales).

Le Hamas et le Jihad islamique, avaient annoncé jeudi le rétablissement de la trêve avec Israël, grâce à une médiation égyptienne, après une brève mais intense escalade de violences marquée par une pluie de roquettes palestiniennes et une riposte de raids israéliens.

Cette trêve, entrée en vigueur à 12H00 GMT, a toutefois été mise à l’épreuve par des raids israéliens sur « quatre sites terroristes », selon l’armée, qui a répondu à la chute de cinq roquettes dans le sud d’Israël après le cessez-le-feu.

« Les forces aériennes israéliennes ont visé quatre sites terroristes dans le sud de la bande de Gaza, et trois autres dans le nord de la bande de Gaza », selon un communiqué publié vers 22H00 GMT (minuit locales).

Des témoins et des sources sécuritaires à Gaza ont expliqué que ces raids avaient visé des camps d’entraînement du bras armé du Hamas, les brigades Ezzedine al-Qassam, près de la ville de Gaza, et une base du Comité populaire de résistance à Rafah (sud).

L’armée israélienne a affirmé de son côté que cinq roquettes avaient frappé le sol israélien dans la soirée, et que deux autres avaient été interceptées par le système anti-missile Dôme de fer.

Ni Israël, ni le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, ni le Jihad islamique, ne cherchent cependant une conflagration d’ampleur, selon plusieurs analystes.

La confrontation a commencé mardi, lorsque des militants du Jihad islamique ont tiré un mortier sur les troupes israéliennes, suscitant une frappe aérienne en représailles qui a tué trois d’entre eux.

Mercredi, une soixantaine de roquettes se sont abattues dans le sud d’Israël, la vague la plus intense depuis l’offensive israélienne à Gaza en novembre 2012. Ces tirs n’ont pas fait de victime.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, Israël a répondu en frappant 29 cibles dans la bande de Gaza, et en menant 7 raids aériens jeudi matin.