Une décision de la Cour Suprême d’Israël du 6 juillet dernier permet la construction de la barrière de sécurité dans la vallée de Crémisan.

Dans un communiqué du 10 juillet 2015, les missions de l’Union européenne à Jérusalem et à Ramallah expliquent leurs inquiétudes face à cette décision a rapporté La Croix.

Dans son communiqué, l’UE explique que cette « barrière compliquera sérieusement l’accès de 58 familles à leurs terrains agricoles et affectera profondément leurs moyens de subsistance. »

Une autre question est abordée dans ce communiqué local de l’UE qui considère que cette construction dans la Vallée du Crémisan « entraînera une recrudescence des empiètements sur les terres palestiniennes auprès de Bethléem, une région déjà sérieusement affectée par l’expansion des colonies, resserrant encore ainsi l’étau sur les Palestiniens qui y vivent. »