Une gardienne fanatique du camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau, aujourd’hui âgée de 90 ans, sera jugée pour son rôle dans des assassinats de masse.

Selon les procureurs, la femme identifiée sous le nom de Gisela S. battait régulièrement les prisonniers avec sadisme.

Elle aurait été, à de nombreuses reprises, en charge des cellules permanentes, de petites salles obscures dans lesquelles de nombreux prisonniers étaient entassés – pour des infractions mineures – souvent plusieurs jours durant et jusqu’à que mort s’ensuive.

Gisela S. est la dernière inculpée après une nouvelle vague de poursuites judiciaires intentées à l’encontre des anciens gardiens nazis. La plupart ont plus de 90 ans.

Si sa culpabilité est reconnue, elle sera l’une des seules, sur les quelque 3 700 gardiennes de sexe féminin employées par les nazis, à affronter la justice.

Gisela S. est apparue lors du procès des anciens gardiens d’Auschwitz tenu en 1960 à Francfort, mais a réussi à s’échapper de prison, a rapporté le Daily Mirror.

Elle travaillait dans le camp d’extermination sous son nom de jeune fille de Demming.

Gisela S. est décrite comme une partisane acharnée du parti nazi. Elle rejoint la Ligue des jeunes filles allemandes avant d’entrer dans la SS en 1940.

Un ancien médecin d’Auschwitz, âgé de 93 ans, a été récemment arrêté et devra répondre de ses crimes passés devant la justice.

Un troisième ancien nazi, Oskar Groening, a été jugé la semaine dernière apte à subir son procès pour son rôle dans le camp.

Groening, 92 ans, était en charge du renvoi à destination de Berlin des objets de valeur et de l’argent dépouillés aux nouveaux prisonniers.