Des milliers de catholiques, en majorité des pèlerins, ont pris part dimanche à la traditionnelle procession des Rameaux à Jérusalem, du Mont des Oliviers jusqu’à la Vieille ville, à quelques semaines d’une visite historique du pape François en Terre sainte, selon un journaliste de l’AFP.

Une porte-parole de la police israélienne, Louba Samri, a évalué le nombre de pèlerins à 20 000, un chiffre nettement inférieur aux années précédentes.

L’an dernier, la police avait compté 35 000 fidèles à la procession à laquelle participe le patriarche latin (catholique romain) de Jérusalem Mgr Fouad Twal.

Selon l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), « seul un nombre limité de Palestiniens chrétiens ont pu se joindre (à la procession des Rameaux), principalement en raison du manque de laissez-passer » accordés par les Israéliens.

Cette marche, où fleurissent de discrets drapeaux palestiniens, est la principale manifestation publique annuelle des Palestiniens chrétiens à Jérusalem.

Les Palestiniens chrétiens de Cisjordanie et de Gaza ont besoin d’un permis d’entrée, accordé plus ou moins libéralement par les autorités israéliennes suivant les années, pour assister aux fêtes religieuses dans la Ville sainte.

Ainsi, plusieurs fanfares scoutes de Ramallah et de Beit Jala, en Cisjordanie, n’ont pu se rendre dimanche à Jérusalem.

« Il est inconcevable que des Palestiniens chrétiens et musulmans originaires du reste de la Palestine ne puissent venir à Jérusalem sans permis délivrés par Israël », a déploré le dirigeant palestinien Nabil Chaath.

« Nous devrions être libres d’avoir accès à Jérusalem parce qu’elle fait partie de la Palestine », a plaidé Chaath dans un communiqué.

Les principales paroisses de Cisjordanie ont défilé sous des banderoles où l’on pouvait lire « Pape François, la Palestine veut la justice ». Un grand portrait du Saint-Père ornait une des portes de la Vieille ville à Jérusalem Est.

Le pape François est attendu le mois prochain à Jérusalem pour son premier pèlerinage en Terre sainte, du 24 au 26 mai, depuis son élection.

Le dimanche des Rameaux commémore la dernière montée de Jésus à Jérusalem, où selon les Evangiles il a été reçu triomphalement par une foule en liesse, avant d’être crucifié quelques jours plus tard et de ressusciter le matin de Pâques.

Les chrétiens représentaient plus de 18 % de la population de Terre sainte lors de la création de l’Etat d’Israël en 1948, mais ils sont désormais moins de 2 %, pour la plupart des orthodoxes, qui fêteront Pâques le 20 avril en même temps que les catholiques.

Parallèlement, les festivités de la Pâque juive, qui commémorent la sortie des juifs d’Egypte selon la tradition biblique, débuteront lundi soir et dureront huit jours.

Le ministère israélien du Tourisme a annoncé dimanche attendre
125 000 visiteurs pendant la période des fêtes de Pâques.

Enfin, comme chaque année, l’armée israélienne a annoncé le bouclage des Territoires palestiniens à partir de dimanche soir jusqu’à mardi minuit, à l’occasion de la Pâque juive.

Les Palestiniens ne pourront se rendre en Israël durant cette période, hormis pour les cas humanitaires et pour les personnes nécessitant un traitement médical.