Le Mémorial de l’Holocause d’Athènes a été vandalisé dans la nuit de jeudi à vendredi, a-t-on appris au bureau central de la communauté juive en Grèce, apparemment par une organisation antisémite, « Méandres des Nationalistes », qui a laissé ses symboles sur le monument.

Le monument situé dans le centre d’Athènes a été recouvert de graffitis bleus sur lesquels on peut lire le nom de l’organisation et d’un méandre, symbole nationaliste issu de la Grèce antique.

Le ministère des Affaires étrangères a « fermement » condamné la profanation du Mémorial.

« Ceci est un acte barbare qui touche l’histoire, non seulement de la communauté juive, mais de toute la nation grecque qui respecte et honore la mémoire des dizaines de milliers de Juifs grecs tragiquement tués dans les camps de concentration », a déclaré dans le communiqué le ministre, Evangelos Venizelos.

« Ce symbole de l’organisation ‘Méandres des Nationalistes’ sur le Mémorial est une insulte à la mémoire des six millions de juifs, dont 60 000 juifs grecs, exterminés dans les camps mais aussi à celle de ceux qui sont revenus en Grèce et qui ont reconstruit leur vie sur les cendres de la guerre », a souligné le bureau central de la communauté juive dans un communiqué, indiquant qu’une enquête de police avait été ouverte.

« Nous allons tout faire pour identifier les auteurs de cet acte antisémite, incompatible avec les valeurs démocratiques de tolérance et de multiculturalisme de la société grecque », a assuré le ministère.

La Grèce a connu ces dernières années une explosion des agressions racistes dont la plupart sont imputées à des membres du parti à connotation néonazie Aube dorée.

Depuis l’assassinat du musicien Pavlos Fyssas en septembre 2013 par un des membres d’Aube dorée, le gouvernement a renforcé sa législation contre les propos racistes et a déclenché une offensive judiciaire contre ce parti.

Le procureur a requis en milieu de mois le renvoi de 70 personnes, dont les 18 députés de ce parti élus en 2012, devant le tribunal.