La Dixième chaîne israélienne annonce mercredi que la détention d’un enseignant arabe israélien accusé d’avoir des liens avec le groupe terroriste de l’Etat islamique a été prolongée jusqu’à dimanche par le tribunal de Hadera qui souligne qu’il existe des preuves incriminantes à son encontre.

La police a annoncé lundi l’arrestation d’un enseignant originaire d’une ville de Galilée, une ville à majorité arabe israélienne, pour suspicion « d’association avec l’Etat islamique ».

L’homme âgé de 24 ans enseigne l’islam dans un collège de la ville de Kafr Kanna, où il vit. La police révèle que lors de la fouille du domicile du suspect, ils ont trouvé des livres, des documents et des dossiers liés à l’organisation terroriste interdite dont un drapeau de l’Etat islamique.

L’enseignant « était récemment en Jordanie et est interrogé par la police sur ses liens avec l’Etat islamique », rapporte le porte-parole de la police Micky Rosenfeld au Times of Israel.

« Nous avons confisqué du matériel qui se trouvait chez lui dont des ordinateurs, des drapeaux et d’autres articles qui sont liés à l’Etat islamique… Il a ramené tout cela de Jordanie. L’enquête continue », ajoute-t-il.

L’accusé affirme qu’il s’est rendu en Jordanie pour étudier et son avocat soutient que la panoplie d’objets portant les objets islamiques n’ont rien avoir avec l’organisation djihadiste, indique le reportage de la Dixième chaîne mercredi.

Le drapeau de l’Etat islamique porte le shahada, le credo islamique, qui affirme : « il n’existe d’autre Dieu qu’Allah et Mohammed est son prophète ».

La possession d’objets et de matériels liés à une organisation terroriste qualifiée comme telle est illégale en vertu de la loi israélienne.