Le Contrôleur de l’État d’Israël, Yossef Shapira, devrait publier mardi un rapport faisant suite à une enquête sur des allégations de dépenses excessives et de détournement de fonds publics par le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse, Sara, à la résidence officielle du Premier ministre de Jérusalem, rue Smolenskin.

Les rapports paraîtront le lendemain de la mise en ligne par le Premier ministre d’une  vidéo dans laquelle sa femme est en train d’organiser une visite virtuelle de leur maison, visiblement dans un état de délabrement avancé.

La visite, à laquelle participe le célèbre architecte d’intérieur Moshe Galamin, a été perçue par beaucoup comme un effort pour atténuer toute retombée potentielle des conclusions du Contrôleur.

Mais le rapport de Shapira ne devrait pas traiter de l’état de la résidence officielle, mais plutôt des dépenses pour des voyages en avion, de la restauration, des boissons alcoolisées, et d’autres dépenses (fleurs…).

Les allégations examinées dans le rapport suggèrent que la femme de Netanyahu, Sara, a empoché des milliers de shekels de l’argent des consignes des bouteilles de la résidence du Premier ministre.

Les accusations ont fait surface au cours des dernières semaines dans un procès intenté par un ancien employé de la résidence et ont été reprises par les campagnes électorales de partis d’opposition dans l’espoir de renverser le Premier ministre.

Puisque les boissons consommées dans la résidence du Premier ministre sont achetées par l’Etat, toute somme qui en découle appartient, par la loi, au Trésor Public.

Les Netanyahu ont déclaré que les sommes avaient été gardées par inadvertance, et ont indiqué que quelque 4 000 shekels (900 euros) avaient été restitués aux caisses de l’État par Sara Netanyahu en 2013 sous la supervision du régulateur financier du bureau du Premier ministre.

Il y a quelques semaines, Tzipi Livni, la chef du parti Hatnua et partenaire de la liste de l’Union sioniste dirigée par le parti travailliste, avait accusé le bureau du Premier ministre, sous Netanyahu, de dépenser chaque mois l’équivalent du salaire minimum en boissons alcoolisées – soit quelque 4 300 shekels (970 euros).

Le bureau du Premier ministre avait alors répondu qu’une enquête du bureau du régulateur financier avait montré que la résidence du Premier ministre avait acheté, en moyenne, une seule bouteille de vin par jour en 2013 et 2014.

Le Premier ministre a récemment accusé les partis de gauche de se livrer à des attaques « personnelles » contre sa famille plutôt qu’à des débats de fond.