Emballer un sac à dos et embarquer sur un vol à 2h30 du matin à l’aéroport international John F. Kennedy dans un vol pour Israël a été une décision facile pour le rabbin Jeremy Wiederhorn de la synagogue conservative de Westport dans l’Etat du Connecticut.

« Au cours de moments comme celui-ci, je me retrouve à la recherche de façons de soutenir Israël comme je peux. Le soutien financier est absolument nécessaire, défendre Israël verbalement est crucial, mais faire le déplacement est tout aussi important », a déclaré Wiederhorn.

Wiederhorn est l’un des 40 participants de la Mission de solidarité des rabbins du mouvement massorti (ou conservative) basé à New York [une tendance non-orthodoxe du judaïsme qu’on trouve essentiellement aux Etats-Unis] et qui a regroupé dans ce voyage une partie de ses principaux rabbins. Cette mission arrive en Israël au moment-même où l’opération Bordure protectrice s’installe dans sa deuxième semaine.

La décision de venir a été choisie juste après que l’opération terrestre à Gaza ait commencé le 8 juillet, a déclaré le coprésident de l’organisation, le rabbin Aaron Melman de la congrégation Beth Shalom à Northbrook dans l’Illinois.

« Maintenant que les choses ont évolué dans le monde – les manifestations, l’interdiction de survoler le territoire israélien – il est plus important que jamais de venir », a déclaré Melman.

En dehors du fait de remonter le moral à Israël, Melman dit qu’il veut aussi envoyer un message à des personnes de l’étranger : « Venez en Israël ! C’est très sûr ! », a-t-il lancé. « Nous étions à Ashkelon aujourd’hui et nous avons eu trois sirènes. Vous devez prendre les précautions nécessaires. C’est juste ce que vous avez à faire, et c’est la nouvelle norme pour l’instant ».

Le groupe a voyagé et a visité la congrégation Netzah Yisrael à Ashkelon, a rencontré Rubik Danilowitz, le maire de Beersheva, et le rabbin Yonathan Sadoff et sa communauté. Les rabbins américains avaient choisi ces congrégations car elles ont énormément souffert des récents tirs de roquettes sur Israël.

Au cours de leur visite en Israël, les participants ont également visité la Knesset et rencontré divers représentants gouvernementaux, y compris la ministre de la Justice, Tzipi Livni, le chef de l’opposition, Isaac Herzog, et le Président de la Knesset Yuli Edelstein.

La mission massorti a également visité les tombes d’Eyal Yifrach, Gil-ad Shaar et Naftali Fraenkel au cours de la semaine, a fait savoir Wiederhorn qui espère que « notre présence physique cette semaine apportera un peu de force et de confort à nos frères et sœurs en
Israël ».

L’organisation religieuse israélienne Tzohar encourage ce type de voyages. Elle a adressé un appel à des rabbins et à des communautés de la diaspora plus tôt cette semaine afin de montrer leur solidarité à Israël et à ses citoyens en choisissant de venir en Israël.

« Les soldats de l’armée israélienne n’ont pas seulement pour but de protéger les citoyens d’Israël, ils risquent aussi leur vie pour défendre l’ensemble du peuple juif », a déclaré le président de Tzohar, le rabbin David Stav. « Il est important que nous montrions notre soutien moral et spirituel maintenant, et pas seulement par des mots mais aussi par l’action ».

Jusqu’à présent, plusieurs rabbins de communautés à la fois aux États-Unis et en Angleterre ont répondu à l’appel, a déclaré Reuven Spolter, coordinateur rabbinique à l’étranger de Tzohar.

« Nous sommes profondément encouragés par les expressions de soutien que nous voyons à travers la diaspora. Avec chaque jour qui passe, nous entendons de plus en plus de rabbins qui dirigent les délégations des États-Unis, du Canada, du Royaume-Uni, et même de partout dans le monde », a déclaré Spolter. « Cet appui est essentiel en ce moment et nous avons hâte d’en accueillir beaucoup d’autres dans les jours et semaines à venir, car Israël a vraiment besoin d’eux ».

Tzohar a ouvert un Centre d’opérations spéciales pour aider les rabbins de l’étranger à coordonner des voyages en Israël. Comme la mission massorti, d’autres rabbins en visite passeront du temps avec les citoyens dans les zones durement touchées telles que Ashkelon et Beersheva et rencontreront des représentants du gouvernement.

Les visites sont particulièrement significatives car elles coïncident avec les « Trois semaines », une période de deuil traditionnelle commémorant des tragédies historiques qui se concluent avec le jeûne de Tisha Be Av, qui marque la destruction du Premier et du Second Temple, a expliqué le rabbin David Stav.

« La meilleure façon de dire aux gens que nous les aimons et que nous les soutenons est d’être ici. Ce n’est pas quelque chose qu’on peut faire de l’étranger, même si on exprime un soutien » explique Melman. « Les gens sont très fiers du fait que nous soyons ici ».