Un soldat israélien qui a accidentellement tiré sur et tué l’un de ses camarades lors d’une opération dans la bande de Gaza le mois dernier, a été suspendu des unités de combat.

La même sanction s’appliquera à ses supérieurs directs, selon le rapport de l’armée publié jeudi.

D’après le rapport détaillé sur la mort du capitaine Tal Nachman le 4 février, les tirs étaient dus à une erreur d’indentification. Nachman, originaire de Ness Ziona et âgé de 21 ans, a été tué lors d’une opération le long de la frontière israélienne au nord de Gaza.

Nachman a été tué par les tirs de son propre camp alors qu’il dormait sur sa Jeep à 2 heures du matin. Les enquêteurs ont découvert qu’un autre soldat avait été identifié comme ennemi par la patrouille israélienne, ce qui les a conduits à ouvrir le feu, tuant Nachman accidentellement.

L’enquête a également révélé que des erreurs avaient été commises durant la préparation et l’exécution de l’opération.

Selon les premiers rapports, une force du bataillon de reconnaissance de la Brigade Guivati avait assuré la sécurité pour un véhicule appartenant au Corps de Collecte de Renseignements, qui stationnait juste à l’intérieur de la barrière frontalière face au kibboutz Beeri, selon la radio israélienne.

Peu avant deux heures du matin, les soldats de la Brigade Guivati ont quitté leur véhicule blindé Achzarit pour mener une patrouille dans la région, à pied.

La force du bataillon de reconnaissance de la Brigade Guivati a remarqué une silhouette sur le véhicule appartenant au Corps de Collecte de Renseignements, et a entrepris la procédure qui permet d’identifier une personne jugée suspecte.

Un des soldats de la Brigade Guivati a ouvert le feu sur la personne suspecte à une distance de moins de 20 mètres, sans l’atteindre.

Au moins une des balles tirées a touché et tué Tal Nachman, officier du Corps de Collecte de Renseignements qui était en train de dormir sur le toit du véhicule.

Le rapport indique que le soldat suspecté d’être un ennemi était sorti du véhicule pour accéder à un compartiment externe.

Le rapport a été présenté au chef d’état-major de l’armée israélienne, Benny Gantz. Ce dernier a déclaré que cet événement était un « incident tragique » qui a mené à la perte « d’un excellent homme, un officier et un bon soldat. » L’armée israélienne prendra des mesures pour que de telles erreurs ne se reproduisent pas à l’avenir, a affirmé Gantz.

Selon Walla, quatre personnes seront suspendues de leur position de combat. Ces personnes sont le tireur de la Brigade Guivati, son commandant, le commandant de la brigade et le commandant de Nachman, qui aurait une part de responsabilité dans l’incident.

Les tentatives d’enlèvement de soldats par le Hamas et d’autres extrémistes gazaouis restent une menace pour l’armée israélienne.

Ce facteur a peut-être joué dans la réaction des forces d’infanterie à la vue de la silhouette suspicieuse sur le véhicule.