Le Hamas a peut-être remporté une victoire tactique avec l’inclusion du ministère des prisonniers dans le gouvernement d’union palestinien assermenté lundi.

Mais un haut responsable du Fatah a déclaré au Times of Israel que la pression des Occidentaux et des Israéliens a réussi à changer la façon dont le gouvernement palestinien alloue des fonds aux prisonniers incarcérés en Israël et à leurs familles.

Alors que le gouvernement Hamdallah était présenté à Ramallah, Kadoura Fares, un membre du Fatah qui dirige le « club des prisonniers palestiniens », croyait que le ministère des Prisonniers serait aboli et remplacé par un organe subordonné à l’OLP.

« Abbas n’a pas vraiment voulu abolir ce ministère » a affirmé Fares au Times of Israel. « Il y avait une pression massive d’Israël, et Lieberman [le ministre israélien des Affaires étrangères] peut être heureux aujourd’hui », a-t-il ajouté.

D’après Fares, la défiance des États donateurs occidentaux à contribuer au financement de ce ministère peut signifier pour les Palestiniens que seule l’OLP peut canaliser les financements pour les prisons.

« Notre financement [provenant de l’Occident] n’a pas encore été touché, mais nous nous y attendons », a-t-il précisé.

Sans le soutien américain et européen, cependant, l’OLP sera forcée de faire appel aux Etats arabes comme solution de financement alternative.

La plupart des prisonniers de sécurité détenus dans les prisons israéliennes appartiennent au Fatah, si bien que celui-ci ne devrait pas changer la loi, de 2012, qui confie au gouvernement palestinien le soin de gérer le sort des prisonniers.

« Prenez un détenu criminel en Israël qui a fait quelque chose de grave. Le gouvernement israélien abandonnerait-il sa famille ? Chaque gouvernement dans le monde assume la responsabilité de ses prisonniers », a déclaré Fares.

« Israël soutient que nous payons les prisonniers en fonction du nombre d’Israéliens qu’ils ont tués, ce qui est un mensonge total », a-t-il ajouté.

La lutte entre le Hamas et le Fatah sur le ministère des Prisonniers, qui a presque mené au retrait du Hamas du gouvernement d’union à la dernière minute, a bien montré la différence des attitudes des mouvements rivaux envers l’Occident et envers Israël.

Alors que Mahmoud Abbas s’est efforcé de minimiser l’influence du Hamas sur ce nouveau gouvernement de technocrates et l’a présenté au monde comme un organisme neutre, le Hamas a lutté pour lui donner le caractère le plus nationaliste possible.

Quelques heures avant la prestation de serment, les responsables du Hamas semblaient convaincus que le Fatah pouvait plier sur cette question. Le porte-parole du Hamas Sami Abu Zuhri a menacé d’abandonner le gouvernement si le ministère n’était pas maintenu.

« Faire des compromis sur notre position à ce moment, lorsque les détenus sont en grève de la faim pendant 40 jours, est inacceptable », a déclaré au Times of Israel cheikh Hassan Youssef, un dirigeant du Hamas de Ramallah. « En outre, le ministère des prisonniers revêt une signification nationale par rapport à notre lutte ».

Mais aux yeux de Youssef, ce conflit avec le Fatah a aussi une signification pratique. Pendant des années, a-t-il fait valoir, l’OLP a payé une allocation mensuelle de 800 shekels [230 dollars] pour ses propres prisonniers dans les prisons israéliennes, tout en privant les prisonniers du Hamas et du Jihad islamique de toute aide financière.

« L’OLP va bientôt annuler son assistance à tous les détenus quelle que soit leur affiliation », a affirmé Youssef.

Ironie du sort, le Hamas a proposé un membre du Fatah en tant que ministre – Hisham Abdul Razeq, qui avait rempli cette même position dans le passé.

Finalement, quelques instants avant la prestation de serment prévue à 13 heures, un compromis a été trouvé de sorte que le ministère sera sous la responsabilité directe du Premier ministre Rami Hamdallah.

Le Hamas avait déjà cédé à la volonté de Abbas en acceptant la nomination de Hamdallah tant que Premier ministre et de Riyad Al -Malki comme ministre des Affaires étrangères. Que ce compromis boiteux permette au Hamas de sauver la face par rapport à ses exigences, seul le temps nous le dira.