A la veille du Jour de l’Indépendance, le Premier ministre, le président, le ministre de la Défense et le chef d’état-major de Tsahal ont tous été invités à choisir une personne – un héros d’Israël – lors des festivités annuelles à la résidence du président.

Selon le site d’informations Ynet, Rivlin a choisi d’honorer la cinéaste ultra-orthodoxe Rama Burshtein, directrice du film acclamé par la critique « Fill the Void » de 2012.

« Rama, avec sa manière spéciale, nous montre le monde haredi à travers un filtre réel, authentique et réconfortant. Dans son travail, elle sert de voix à la population haredi muette que la société israélienne laïque ne connait pas, tout en reconnaissant les points communs entre les laïcs et les Haredim », a déclaré un porte-parole du président.

Netanyahu a pour sa part choisi Miriam Peretz, la mère de deux soldats morts au combat.

Peretz « a choisi de continuer dans la [voie de la] vie, elle va à la rencontre des soldats, d’adolescents et de familles endeuillées et transmet des messages d’espoir et de foi dans une humanité qui s’épanouit dans les moments de crise. Elle est un symbole du sacrifice et du dévouement et travaille jour et nuit pour l’Etat d’Israël », explique le communiqué.

Le choix de Yaalon s’est porté sur Suad Munir, un ancien parachutiste qui a perdu ses jambes à cause d’une bombe posée en bordure de route dans le sud du Liban dans les années 1980. Suad a servi dans l’armée israélienne sous le commandement de Yaalon et a plus tard travaillé pour établir un lieu de mémoire pour les quatre soldats tombés au combat.

Gadi Eizenkot a choisi Oren Blitzblau, un ancien soldat qui a été grièvement blessé lors d’une opération à Gaza il y a une décennie et qui a continué à être un athlète primé après avoir perdu la vue.