Le gouvernement israélien a approuvé le 18 juin dernier un projet de loi qui interdirait toute l’industrie israélienne des options binaires, qui pèse plusieurs milliards de shekels et est largement frauduleuse, comme l’a révélé le Times of Israël dans une série d’articles depuis mars 2016.

Le projet de loi, présenté par le ministre des Finances Moshe Kahlon et soutenu par le Premier ministre Benjamin Netanyahu devrait être présenté lundi en plénière de la Knesset pour sa première lecture, puis débattu par la commission des Finances, avant de revenir en plénière pour ses deuxième et troisième lecture. Il devrait très probablement être adopté après avoir reçu le soutien du gouvernement.

Même si la grande majorité des ministres du gouvernement israélien ont voté dimanche pour approuver l’interdiction des options binaires, le vote n’a pas été unanime, a indiqué une source présente à la réunion au Times of Israël. Un ministre a voté contre l’interdiction, selon la source, un autre s’est abstenu, et un troisième a quitté la salle et n’était pas présent pendant le vote.

Selon la source, qui a souhaité rester anonyme car les réunions du cabinet ne sont pas ouvertes au public, le ministre qui a voté contre l’interdiction est Sofa Landver, ministre de l’Immigration et de l’Intégration du parti Yisrael Beytenu.

Sofa Landver, ministre de l'Immigration et de l'Intégration, en juin 2013. (Crédit : Flash90)

Sofa Landver, ministre de l’Immigration et de l’Intégration, en juin 2013. (Crédit : Flash90)

Landver avait affirmé avant le vote qu’interdire l’industrie des options binaires, dont les entreprises frauduleuses ont arnaqué depuis dix ans des victimes dans le monde entier de plusieurs milliards de dollars, mettrait au chômage de nombreux immigrants de l’ancienne Union soviétique. Un porte-parole de Landver a démenti qu’elle ait voté contre le projet de loi.

Le ministre qui s’est abstenu est Zeev Elkin, ministre des Affaires de Jérusalem et de l’Environnement du Likud. Son porte-parole a confirmé son abstention.

Le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, a quitté la pièce avant que le vote n’ait lieu, selon la source qui a parlé au Times of Israël. Malgré des appels et des messages répétés au porte-parole de Liberman ces deux derniers jours, le Times of Israël n’a pas pu établir pourquoi il avait quitté la salle, et quelle position prendrait le ministre pendant le vote en plénière de la Knesset.

Selon la loi israélienne, les réunions du gouvernement qui traitent de sécurité nationale ou d’affaires étrangères sont secrètes, et le protocole des autres réunions de la commission des lois peut être gardé secret sur ordre du Premier ministre ou du président de la commission.

Généralement, les votes du cabinet sont secrets pour que les ministres puissent voter en conscience, libérés des pressions politiques. Les réunions du cabinet sont cependant un objet de fuites fréquentes dans la presse, qui peuvent être motivées politiquement ou être fausses.

Avigdor Liberman, ministre de la Défense, avant la réunion hebdomadaire de cabinet dans les bureaux du Premier ministre, le 11 juin 2017. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool)

Avigdor Liberman, ministre de la Défense, avant la réunion hebdomadaire de cabinet dans les bureaux du Premier ministre, le 11 juin 2017. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool)

La source qui était présente à la réunion et a accepté de dévoiler des informations au Times of Israël a précisé que le vote du cabinet sur le projet de loi d’interdiction des options binaires, qui a été rédigé par Shmuel Hauser, président de l’Autorité des titres israélienne, le procureur général et le ministère de la Justice, et présenté au cabinet par Kahlon (Koulanou), a été précédé d’un long et franc débat.

Naftali Bennett, ministre de l’Education, et Ayelet Shaked, ministre de la Justice, tous deux du parti HaBayit HaYehudi, ont demandé pourquoi Israël devrait interdire totalement les options binaires, alors que d’autres pays n’ont pas interdit ce produit financier et que certains, comme Chypre, le régulent. En d’autres termes, ont-ils affirmé, pourquoi Israël devrait-il aller si loin avec sa régulation ?

La réponse des autres ministres a été que l’industrie largement frauduleuse des options binaires, centrée en Israël, ravivait les flammes de l’antisémitisme dans le monde entier, et que par conséquent, quand le produit financier « option binaire » était présenté comme un outil financier légitime mais était en fait une couverture pour une fraude dans la vaste majorité des cas, il devait être totalement interdit.

Selon la source, cet argument, selon lequel les options binaires contribuent à l’antisémitisme, a gagné la bataille, et au final, la vaste majorité des quelques 20 ministres présents ont voté en faveur de l’interdiction des options binaires.

Afin de confirmer cette version du déroulé des évènements, le Times of Israël a appelé et écrit à tous les ministres du gouvernement israélien. Sur ceux qui ont répondu, presque tous ont indiqué avoir voté en faveur du projet de loi. Le Times of Israël a pu avoir une confirmation du vote favorable de Netanyahu, Shaked, Kahlon, Eli Cohen, ministre des Finances de Koulanou, Ofir Akunis, ministre des Sciences et des Technologies du Likud, Ayoub Kara, ministre des Communications du Likud, Tsahi Hanegbi, ministre de la Coopération régionale du Likud, et David Azoulay, ministre des Affaires religieuses de Shas.

David Azoulay, ministre des Affaires religieuses, en juin 2015. (Crédit: Miriam Alster/Flash90)

David Azoulay, ministre des Affaires religieuses, en juin 2015. (Crédit: Miriam Alster/Flash90)

« Le ministre a voté en faveur de ce projet de loi car il est écœuré que des personnes innocentes soient utilisées et perdent leur argent, a indiqué un porte-parole d’Azoulay. Le ministre est opposé aux paris en général, et encore plus quand le pari est déguisé en investissement, entraînant beaucoup de personnes en Israël et dans le monde entier à devenir des victimes. »

Le porte-parole d’Aryeh Deri, ministre de l’Intérieur de Shas qui fait actuellement l’objet d’une enquête pour des accusations de corruption, a indiqué que Deri était malade et était absent de la réunion du cabinet.

Le porte-parole de Yaakov Litzman, ministre de la Santé de Yahadout HaTorah, a indiqué que le ministre n’était pas présent à la réunion car il célébrait les sheva brachot de son petit-fils, et qu’il n’avait pas encore décidé comment il voterait en plénière de la Knesset.

Le porte-parole d’Elkin a confirmé son abstention, disant que le ministre était partagé. « D’une part, le ministère de l’Immigration et de l’Intégration a dit que cela mettrait au chômage un grand nombre de nouveaux immigrants. Mais d’autre part, il y a des considérations morales et diplomatiques en faveur de la loi. »

La porte-parole de Landver a indiqué qu’elle avait voté l’interdiction, alors que la source du Times of Israël a indiqué qu’elle avait voté contre.

Le porte-parole de Liberman n’a pas pu être joint pour un commentaire.

Zeev Elkin arrive à la réunion hebdomadaire du cabinet, au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 14 février 2016. (Crédit : Olivier Fitoussi/Pool)

Zeev Elkin arrive à la réunion hebdomadaire du cabinet, au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 14 février 2016. (Crédit : Olivier Fitoussi/Pool)

Liberman, Elkin et Landver sont des russophones qui sont très soutenus dans les communautés russes, ukrainiennes et géorgiennes, en Israël comme à l’étranger, et dont la base de donateurs comprend des oligarques de l’ancienne Union soviétique.

Une lecture de la liste des donateurs publics de ces trois politiciens n’a révélé aucune donation directe de propriétaires connus d’entreprises d’options binaires.

Raoul Wootliff a contribué à cet article.