Les forces de sécurité israéliennes ont arrêté jeudi 20 résidents du village palestinien de Qusra dans le cadre d’une enquête sur une échauffourée avec un groupe de résidents d’implantations en randonnée une semaine plus tôt, a indiqué l’armée.

Jeudi dernier, des dizaines d’enfants israéliens et deux escortes armées étaient en randonnée à l’extérieur du village, lorsque, selon l’armée, les habitants locaux ont commencé à leurs lancer des pierres. En réponse, un des gardes a ouvert le feu, tuant un Palestinien de 48 ans, Mahmoud Zaal Odeh.

Au fur et à mesure, de nombreux résidents de Qusra sont arrivés sur les lieux de l’incident et de nombreux randonneurs se sont cachés dans une grotte voisine, mais un groupe de Palestiniens a bloqué leur sortie et les aurait aspergés de gaz poivré et volé une partie de leurs biens, dont une arme à feu, qu’ils ont rendue par la suite.

La plupart des personnes arrêtées lors des raids sont soupçonnées d’être directement impliquées dans l’attaque ou dans les violentes manifestations et affrontements qui ont eu lieu les jours suivants.

Quelques-uns ont également été arrêtés pour « incitation » à la violence, a déclaré un porte-parole de l’armée.

Des manifestants transportent un Palestinien blessé lors d’affrontements avec des soldats à l’entrée du village de Qusra, au nord de la Cisjordanie, le 4 décembre 2017 (Crédit : AFP / Jaafar Ashtiyeh)

Le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, a fait l’éloge des forces de sécurité qui ont mené l’opération. Il a ajouté qu’elles « continueraient à agir pour que chaque citoyen puisse faire de la randonnée en toute sécurité n’importe où sur le territoire d’Israël ».

L’opération conjointe à Qusra a été menée par les forces de défense israéliennes, la police israélienne, le service de sécurité du Shin Bet et le Coordinateur des activités gouvernementales dans les Territoires du ministère de la Défense (COGAT), qui assure la liaison avec les Palestiniens.

En plus des arrestations, l’armée a également « réussi à localiser et récupérer les effets personnels des randonneurs qui ont été pris lors de l’incident », a déclaré le porte-parole de l’armée.

Les suspects ont été remis à la police israélienne pour être interrogés.