Le Grand Rabbin de l’armée, Rafi Peretz, a minimisé les liens religieux musulmans avec Jérusalem, et a déclaré que la majorité des croyants musulmans ne savaient rien de ses contenus, dans des commentaires publiés mercredi.

Selon la transcription d’un cours à la yeshivat hesder Otzem [yeshiva dans laquelle on alterne le service militaire], publié mercredi sur le site internet Kipa, le chef religieux a déclaré le 3 novembre que les Juifs connaissaient mieux les versets du Coran que les Musulmans.

L’armée a répondu que les remarques avaient été coupées du contexte, mais s’est néanmoins excusée.

« Dans le Coran, il n’y a même pas une référence au mot Jérusalem. Même pas une allusion. Les Arabes imaginent des choses. 90 % d’entre eux ne savent pas ce qui est écrit dans le Coran. Nous en savons bien plus qu’eux », a déclaré Peretz lors d’une lecture du livre biblique de la Genèse.

« A l’exception de la mosquée al-Aqsa, le reste du site, y compris le Dôme du Rocher, ne contient aucune signification religieuse pour les croyants », a-t-il ajouté.

Lorsqu’ils prient, en faisant face à la Mecque, « ils tournent le dos au mont du Temple », a-t-il déclaré. « Alors que font-ils au mont du Temple ? »

Le site du mont du Temple, le plus saint pour le judaïsme et le troisième plus saint pour l’islam, est la source de tensions accrues entre Israéliens et Palestiniens qui ont mené à une série de confrontations violentes, à des actes palestiniens de terrorisme et à la tentative de meurtre de l’activiste du mont du Temple en tout juste moins d’un mois.

Les émeutes et les attaques terroristes à Jérusalem et ailleurs ont été déclenchées par les craintes palestiniennes que les législateurs israéliens chercheraient à changer le statu quo sur le site, appelé le Haram al-Sharif ou al-Aqsa par les Musulmans.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a promis à plusieurs reprises qu’Israël n’avait aucune intention de changer le statu quo sur le site.

Une déclaration du porte-parole de l’armée a confirmé que les commentaires « étaient sortis du contexte et ne reflétaient pas la position du Grand Rabbin de l’armée. Celui-ci est désolé si ses remarques ont pu offenser la population arabe. »