Le Premier ministre palestinien Rami Hamdallah a assuré mardi à des diplomates européens que son gouvernement d’union, soutenu par le mouvement islamiste Hamas, respecterait les accords passés par les précédents gouvernements palestiniens dans le cadre du processus de paix.

« Le gouvernement s’engage à respecter tous les accords signés auparavant par l’OLP (Organisation de libération de la Palestine, ndlr), le programme politique du président Mahmoud Abbas, les initiatives diplomatiques et les solutions pacifiques (…) dans le cadre de la solution à deux États », a indiqué le bureau de M. Hamdallah dans un communiqué publié à l’issue d’une rencontre avec des représentants de l’UE à Ramallah (Cisjordanie).

Le gouvernement d’union nationale palestinien, qui a prêté serment lundi devant le président Mahmoud Abbas, a tenu son premier conseil des ministres mardi à Ramallah.

Quatre ministres basés à Gaza et interdits de quitter le territoire par Israël ont participé au conseil via visio-conférence.

« Le gouvernement a principalement débattu de la manière de réunir les institutions de Cisjordanie et de Gaza », a déclaré M. Hamdallah aux journalistes à l’issue de la réunion.

L’OLP, dominée par le parti nationaliste Fatah de Mahmoud Abbas, et le Hamas ont signé le 23 avril un accord de réconciliation pour mettre fin à la division politique depuis 2007 entre la Cisjordanie, dont l’Autorité palestinienne administre les zones autonomes, et la bande de Gaza dirigée par le Hamas et sous blocus israélien.

Aux termes de cet accord, le nouveau gouvernement de « consensus national », constitué de technocrates, sans mandat politique, est chargé de préparer des élections présidentielle et législatives d’ici la fin de l’année.