Un raid aérien israélien présumé contre une voiture sur le plateau du Golan syrien aurait ciblé le célèbre terroriste Samir Kuntar, a rapporté mercredi la Deuxième chaîne israélienne, sur la base de sources arabes.

Cinq hommes ont été tués dans la frappe. Trois ont été identifiés par l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) basé en Grande-Bretagne comme appartenant à une milice druze basée dans le village druze syrienne de Hader et fidèles au régime Assad et au Hezbollah. Les deux autres hommes seraient des membres du Hezbollah.

« Un avion israélien a frappé une voiture dans la ville de Hader, tuant deux hommes du Hezbollah, et trois hommes des comités populaires pro-régime de la ville », a affirmé à l’AFP Rami Abdel Rahman, le directeur de l’Observatoire, un groupe de défense qui suit la guerre civile qui fait rage en Syrie depuis 2011.

Kuntar a été détenu 29 ans en détention en Israël pour le meurtre brutal de quatre Israéliens lors d’une action terroriste de la terreur de 1979 sur la ville de Nahariya au nord d’Israël, une attaque dans laquelle il avait fracassé la tête d’Einat Haran, une fillette de quatre ans, avec la crosse de son fusil.
 
Après sa libération en 2008 dans le cadre d’un échange de prisonniers avec le Hezbollah, Kuntar a été adulé au Liban et en Syrie. Il est devenu le chef d’une milice basée à Hader et fidèle à Assad, et a programmé de nombreuses attaques contre les soldats de Tsahal sur le plateau du Golan.

[mappress mapid= »4448″]

L’armée israélienne s’est refusée à tout commentaire et selon Al Manar, la télévision du Hezbollah, qui combat aux côté des forces syriennes dans leur guerre contre les rebelles, « deux membres des Forces de défense nationale (FND, milices pro-régime) ont été tués dans leur voiture par le tir d’un drone israélien à l’entrée de Hadar ».

Depuis le 17 juin, les rebelles encerclent le village druze de Hadar, contrôlé par le régime de Bashar el-Assad et situé du côté syrien du plateau du Golan.

L’importante minorité druze d’Israël a exprimé la crainte que leurs frères en Syrie y soient la cible des rebelles.

La province de Qouneitra, en grande partie située sur le plateau du Golan, est tenue en majorité par les rebelles mais comprend une poignée de villages et localités aux mains du gouvernement syrien.

Les responsables israéliens ont à plusieurs reprises sonné l’alarme sur la présence de combattants iraniens et le Hezbollah en utilisant des positions dans le Golan syrien, partiellement détenues par les forces rebelles, pour attaquer Israël.

En janvier, Israël aurait effectué un raid aérien sur un groupe de combattants iraniens et du Hezbollah, éliminant six personnes, dont le commandant du Hezbollah Jihad Mughniyeh ainsi qu’un général iranien.

Avi Issacharoff et l’AFP ont contribué à cet article