Le Hezbollah a annoncé dimanche la mort de plusieurs de ses membres, tués par un raid d’hélicoptère israélien sur le plateau syrien du Golan, dans un communiqué diffusé par la chaîne Al-Manar, organe de cette formation libanaise.

« Au cours d’une visite d’inspection sur le terrain dans le village de Mazraat al-Amal, dans (la province) syrienne de Quneitra, un groupe de moujahidine du Hezbollah a été la cible d’un raid d’hélicoptères de l’ennemi sioniste, qui a tué plusieurs frères moujahidine », affirme le groupe.

« Six membres du Hezbollah, dont le commandant militaire Mohammad Issa, un des responsables du dossier Irak-Syrie, ainsi que Jihad, un fils d’Imad Moughniyeh, ont été tués aujourd’hui dans le raid israélien », a dit cette source à l’AFP.

Plus tôt, une source israélienne de sécurité avait fait état d’un raid aérien sur le Golan syrien dimanche contre des « éléments terroristes » accusés de préparer des attaques contre l’Etat hébreu.

Le raid a eu lieu près de Quneitra, non loin de la ligne de séparation entre la partie syrienne du Golan et la partie occupée par Israël, selon la même source.

S’exprimant sous le couvert de l’anonymat, la source israélienne n’avait pas précisé l’identité des cibles ni la nature exacte de l’attaque qu’elles auraient préparée, l’armée israélienne s’étant pour l’heure refusée à tout commentaire.

Des drones israéliens étaient présents dans la zone, toujours selon cette source de sécurité.

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait annoncé jeudi pour la première fois que son parti possédait depuis 2006 des missiles iraniens Fateh-110 pouvant atteindre tout le territoire d’Israël, son ennemi numéro un.

Rebelles et armée syrienne s’affrontent non loin de la ligne de démarcation, et des obus tombent régulièrement sur le territoire occupé par Israël sans qu’il apparaisse toujours clairement si ces tirs sont intentionnels ou s’il s’agit de retombées des combats entre Syriens.

L’Etat hébreu a décidé à plusieurs reprises de riposter en visant des bases militaires syriennes.

Officiellement toujours en état de guerre avec la Syrie, Israël occupe depuis 1967 environ 1.200 kilomètres carrés du plateau du Golan qu’il a annexés, même si cette décision n’a jamais été reconnue par la communauté internationale. Environ 510 km2 du plateau restent sous contrôle syrien.

Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a menacé jeudi dans une interview d’exercer des représailles contre les prétendues frappes répétées d’Israël sur la Syrie et a dit qu’il possèdait des missiles qui peuvent frapper l’Etat juif.

Il a également déclaré que les membres de son groupe étaient prêts à occuper la Galilée et même des territoires «au-delà de la Galilée ».

Interviewé par la chaîne Al-Mayadeen, Nasrallah a déclaré que son puissant mouvement chiite disposait depuis 2006 de missiles iraniens Fateh-110 qui peuvent frapper l’ensemble d’Israël, ajoutant qu’ « à tout moment » il est prêt à combattre Israël.

Allié clé du président syrien Bashar el-Assad, Nasrallah, qui a envoyé des milliers de combattants en Syrie pour aider à défendre le régime, a déclaré que les frappes israéliennes présumées sur la Syrie « ciblent l’ensemble de l’axe de la résistance », qui comprend le Hezbollah, Damas et Téhéran.

« Les raids répétés qui ont frappé plusieurs cibles en Syrie sont une violation majeure, et nous considérons que toute frappe contre la Syrie est une frappe contre l’ensemble de l’axe de la résistance, pas seulement contre la Syrie », a-t-il déclaré à la chaîne d’information en langue en arabe, basée à Beyrouth.

« L’axe est capable de répondre. Cela peut se produire à tout moment. »

Interrogé sur l’arsenal du Hezbollah, Nasrallah a déclaré le groupe avait « toutes (les armes) que vous pouvez imaginer… et en grande quantité. »

Il a ajouté : « Nous sommes maintenant plus forts que nous ne l’avons jamais été en tant que mouvement de résistance. »

Nasrallah a révélé que le Hezbollah a des missiles Fateh-110 qui ont une portée minimale de 200 km et peuvent frapper l’ensemble d’Israël.

A la question de son interlocuteur sur ce type de missile, Nasrallah a déclaré : « Nous avons ce genre de missiles depuis 2006 » – quand Israël et le Hezbollah se sont affrontés lors de la seconde guerre du Liban.

Selon des responsables du Pentagone, le Hezbollah dispose de 50 000 missiles, dont certains capables d’atteindre Tel-Aviv.

L’aviation israélienne aurait mené plusieurs raids contre des cibles en Syrie, y compris contre des dépôts de stockage d’armes destinées au Hezbollah, depuis que la guerre civile a commencé il y a près de quatre ans. .

Le raid le plus récent était en décembre, lorsque l’aviation israélienne a frappé des entrepôts d’armes proches de Damas, selon l’Observatoire syrien pour le groupe de surveillance des droits de l’homme.

Israël n’a jamais confirmé avoir effectué ces frappes, mais dit qu’il a une politique de prévention des transferts d’armes à des groupes terroristes, y compris le Hezbollah.

Les médias israéliens ont cependant écrit cependant, après la frappe de décembre que l’armée de l’air avait ciblé des convois d’armes ou des dépôts de roquettes de fabrication iranienne.

Nasrallah a dit dans l’interview que le Hezbollah était prêt à se battre dans une nouvelle guerre contre Israël au Liban et renouvelé sa menace d’envahir la région de la Galilée au Nord d’Israël.

Les combattants du Hezbollah « doivent y être préparés, » a-t-il dit.

« Lorsque les chefs de la résistance (le Hezbollah). vous (les combattants) … demandera d’entrer en Galilée, cela signifie que la résistance doit être prête à entrer en Galilée et d’aller même au-delà de la Galilée. »